Deezer limite désormais l’écoute gratuite à 5 heures par mois

Un pari risqué ? 248
Marc Rees
La fin d’une époque, le début d’une autre ? Deezer annonce que désormais, l’écoute gratuite sera limitée à 5 heures par mois. Pour la plateforme, devenue propriété d’Orange, c’est le moyen trouvé pour inciter davantage les utilisateurs à basculer sur la formule payante.

deezer écoute gratuite limitation 5 heures

La formule d’une diffusion financée par la publicité marque ainsi ses limites. Dans le même temps, Deezer s’enorgueillit d’ 1,2 million d’abonnés payants à l’offre premium couplé aux abonnés Orange notamment.

« Nous avons ainsi décidé avec la plupart des producteurs de laisser toutes les fonctionnalités et tous les catalogues libres d’accès mais en limitant à 5 heures par mois l’écoute gratuite. Ainsi, les utilisateurs très actifs seront fortement encouragés à tester les offres d’abonnements illimités (à partir de 4,99€ par mois). Les utilisateurs occasionnels pourront continuer à profiter du service pour un usage de découverte et de partage ».

Deezer annonce dans le même temps un site en HTML 5, beaucoup plus rapide. Un site avec une composante sociale un peu plus poussée, puisque interfacée avec Facebook et qui permet d’écouter en direct la musique de ses contacts FB.

Difficile de ne pas se souvenir des propos de Pascal Nègre : Sur Twitter, le numéro un d’Universal Music expliquait que « restreindre le nombre d'écoutes gratuites n'est pas une régression, c'est la promotion du système de l’abonnement et donc de l'écoute illimitée ». Sur Radio Campus, Nègre expliquait encore que « le modèle du gratuit pose un problème. Je pense qu’il faut le restreindre, je pense qu’il faut le dégrader, et le dégrader cela veut dire qu’il faut beaucoup plus de pub qu’aujourd’hui, je pense qu’il faut peut-être réfléchir sur limiter le nombre de fois où vous pouvez écouter la même chanson. Quand on voit des gens qui écoutent 35 fois la même chanson, vous vous dites à un moment donné que le gars, il faut qu'il aille acheter le titre. »

Mise à jour : l'interview du président de Deezer