ARM veut envahir la moitié du marché mobile d'ici 2015

Il est facile aujourd’hui de dire que le marché de la mobilité redessine progressivement celui de l’informatique en général. Depuis une base bien installée, les PC classiques ont vu le courant porteur remonter depuis les smartphones. Les progrès accomplis traversent les frontières et imprègnent désormais les tablettes. Dans cette évolution, ARM tire son épingle du jeu, et selon les propos de son PDG au Computex, son ambition est très grande.

Motorola Xoom Android 3

De 10 % de parts à 50 % en quatre ans

ARM est la fameuse société dont l’architecture du même nom est au cœur de très nombreuses puces que l’on trouve dans les smartphones. Pour prendre un exemple simple, tous les iPod Touch, iPhone et iPad chez Apple sont équipés de puces qui, si elles ont un design maison, sont bien basées sur l’architecture ARM.

Hier, lors du Computex, le PDG d’ARM Tudor Brown, n’a rien caché de l’ambition de la société d’aller beaucoup plus loin. Il a abordé le marché des « PC mobiles » qui rassemble tout ce qui peut être assimilé à un ordinateur, y compris les smartphones et les tablettes, avec une déclaration forte, relevée par PC World :

« Aujourd’hui, nous avons à peu près 10 % de parts de marché. D’ici la fin de 2011, nous pensons que nous aurons environ 15 % de ces parts de marché, grâce à la croissance des tablettes. D’ici 2015, nous espérons que notre part de marché dépassera les 50 % du marché PC mobile »

Un contexte favorable

Une énorme ambition en seulement quatre ans, mais quiconque a observé l’industrie ces vingt dernières années sait que ce type d’évolution n’a rien d’impossible. D’ailleurs, certains signes auraient tendance à montrer que l’objectif est crédible, puisque la prédiction du PDG oscille entre une future puce Qualcomm à quatre cœurs et cadencée à 2,5 GHz et les rumeurs d’ordinateurs portables ARM, tels que le MacBook Air.

Il ne faut en revanche pas oublier qu’ARM n’est pas une société qui fond directement ses puces. Elle crée le design des modèles et de l’architecture, mais ne les fabrique pas. De nombreux constructeurs cependant, tels que Samsung, ont cette capacité. Les puces ARM partent donc des smartphones, envahissent les tablettes (en particulier les modèles ardoise/slate), et touchent même les netbooks.

Du côté des systèmes d’exploitation, la situation évolue également. iOS est conçu pour cette architecture, et Android, même s’il peut être adapté, vise prioritairement les puces ARM. Windows Phone 7 ne fonctionne lui aussi que sur des smartphones ARM. La rumeur récente d’un MacBook Air avec une puce A5 entraîne automatiquement celle d’un Mac OS X compilé pour cette architecture. Quant à Windows, on sait que la version 8 prendra en charge ces puces dans sa déclinaison pour tablettes.

Finalement, 50 % de parts de marché en 2015, pourquoi pas ? Reste évidemment à attendre la réponse d'Intel dans un domaine que la firme convoite depuis longtemps.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !