H2DS, éditeur du premier logiciel Hadopi, en liquidation judiciaire

H2DS n’est plus. La société, éditrice d’ISIS, premier logiciel « Hadopi » a été déclarée en liquidation judiciaire le 18 mai dernier selon les statuts publiés au registre du commerce et des sociétés.

H2DS ISIS moyen de sécurisation

Même si la société avait d'autres activités, l’idée de H2DS avait été simple sur le terrain d'Hadopi : tenter de surfer sur la peur du risque Hadopi (la coupure) pour proposer une solution commerciale sécurisante. Un marché juteux qu'anticipait déjà l’architecte d’Hadopi, Olivier Henrard en juin 2008 et qui consiste en clair à payer plus (abonnément au logiciel) pour moins d'internet (plus de P2P, etc.).
 
H2DS a affirmé dans un premier temps être la première société à respecter les spécifications fonctionnelles du label Hadopi. Problème : ces spécifications ne sont toujours pas finalisées, et l’affirmation était donc quelque peu aventureuse pour ceux qui sont sensibles au droit à l’information  des consommateurs. La société avait revu ses affirmations.

H2DS avait cependant toujours la langue bien pendue puisque plus tard, Christophe Painset, son PDG  assurait aux lecteurs de la presse régionale de Boulogne que « les amendes commencent à tomber. C'est 1 500 euros pour un particulier. Potentiellement, nous sommes tous concernés. Il ne faut pas croire que seuls ceux pratiquant le téléchargement à outrance sont (pour) suivis. Ce n'est pas une question de volume, mais de fichier marqué. » Une affirmation fausse puisqu’aucune amende n’est à ce jour tombée dans le cadre de la loi HADOPI.

CVPI, H2DS, O3D

Finalement, comme l’a révélé la Voix du Nord, la holding Christophe et Virginie Painset Investissement (CVPI), qui chapeautait H2DS  et O3D ont tous les trois été placés en liquidation judiciaire. Aujourd'hui, le château de cartes s’effondre.

Interrogé par nos confrères, Claude Prudhomme, président de la communauté de communes Desvres-Samer et propriétaire des locaux de la société : « Nous n'étions pas au courant de leurs difficultés, on nous disait même qu'à terme, il y aurait 300 emplois sur ce site. » Le liquidateur judiciaire a confirmé « d'importants impayés » notamment « auprès d'un fournisseur important ». Un salarié se confie par ailleurs : « nos salaires étaient régulièrement versés avec plusieurs mois de retard »… Au total, vingt salariés se retrouvent sur le carreau.

Un coup de pouce en novembre 2010

Pourtant, les coups de pouce étaient là : O3D avait pour clients l’Assemblée nationale ou encore Orange. Et en novembre 2010, l’institut régional de développement du nord Pas-de-Calais (IRD) annonçait un joli coup de pouce au profit de ces sociétés. Pour « accompagner la croissance de ces deux jeunes sociétés, l’IRD à travers ses filiales Nord Creation et Côte d'Opale Expansion investit 110 000 euros en capital et compte courant ». Un versement effectué sept mois avant cette liquidation.
 

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !