Eee Pad Transformer : notre prise en main de la bête

Comme nous vous le disions dans une précédente actualité, Asus nous a conviés à une conférence de presse où nous avons pu prendre en main l'Eee Pad Transformer. Voici donc nos premières impressions.

Eee Pad Transformer Eee Pad Transformer
(merci à notre confrère Vincent de Revioo pour le prêt de ses mains)

Et autant aller droit au but, cette tablette nous plait, vraiment. Pour comprendre le pourquoi de cet aveu, revenons en arrière un instant. Depuis quelques mois, la tablette d'Apple, l'iPad (dans sa version 1 ou 2) est INtéressante, facile à manipuler et dispose de nombreux atouts : un très bon écran tactile, un système d'exploitation parfait pour cet usage et d'un prix relativement raisonnable.

Mais voilà, il faut accepter certaines contraintes propres à la marque dont une qui peut parfois s'avérer gênante, notamment lorsque l'on est sur PC : iTunes.

Un iPad est bien mais cher à la longue ?

ipad smart coverCar s'il est bien intégré sur OS X, sur PC, ce n'est pas vraiment cela et le fait qu'il soit présent dans de nombreuses tâches du quotidien est agaçant (mise à jour, synchronisation, etc...). Bref, la tablette n'est pas si autonome qu'on le voudrait et nécessite souvent l'usage d'une machine (et une seule).

Autre point sensible, dès lors que l'on souhaite un minimum d'entrées / sorties : elles sont en option. Il faut donc compter 29 € pour un lecteur de cartes, 39 € pour une sortie vidéo en haute définition et chaque usage est exclusif.

On ne peut pas utiliser les deux éléments en même temps. Bref, au total, le montant peut monter rapidement et nous manquons un peu liberté.

android honeycomb

Et nous n'entrerons pas dans le débat des applications bien souvent payantes du côté de la pomme alors que mise à disposition gratuitement pour les clients d'Android en échange de publicité. Reste que l'Android market pour tablette est pour le moment assez vide, mais nul doute qu'il s'étoffera très rapidement, avec l'arrivée d'Honey Comb (Android 3.0). 

Eee Pad Transformer : une offre séduisante

Avec l'offre d'Asus, dès le départ, il vous faudra faire un choix : soit vous souhaitez de la connectique et dans ce cas, il vous faut prendre la station d'accueil qui comprend en plus du clavier « chiclet », un second lecteur de cartes et un port USB 2.0 pour un total de 499 € (16 Go, Wi-Fi).

Soit vous souhaitez la tablette seule qui comprend déjà un lecteur de cartes microSD et une sortie HDMI, pour un tarif de 399 € (16 Go, Wi-Fi).

Notez aussi que l'autonomie sera différente puisque le dock contient une batterie supplémentaire permettant de faire passer l'autonomie de 9h à 16h selon le constructeur, ce que l'on a hâte de vérifier dans la pratique.

Eee Pad Transformer Eee Pad Transformer

La finition de la machine est plutôt bonne. Coté pile (le dos donc) elle est recouverte d'un matériau plastique qui ne prend pas énormément les traces de doigts (on ne dira jamais assez que de tester avec les petits fours, c'est bien pire que la confiture, c'est gras, c'est chaud, c'est top).

La bordure chromée qui entoure la machine propose aussi une finition parfaite et donne un look plutôt réussi à l'ensemble.

Eee Pad Transformer Eee Pad Transformer

Côté face, l'écran IPS est redoutable au niveau de ses angles de visions. Seul son rendu brillant peut être gênant, mais comme pour le moment c'est l'apanage de toutes les tablettes, il est difficile de le lui reprocher.

Eee Pad Transformer : Un design soigné et une interface fluide

Eee Pad TransformerMais qu'en est-il à l'usage ? Du bon et encore du bon. Déjà, un doute s'est levé quant à l'usage du dock. En effet, celui-ci s'emboite parfaitement et le tout devient très rigide et la machine passe réellement pour un ultraportable / netbook.

Nous avons attrapé la machine par un coin en haut à gauche volontairement pour voir si tout était bien bloqué, et cela ne bouge pas, il n'y a donc pas de jeu dans l'assemblage des deux parties.

Cela se replie comme un ordinateur portable, pratique pour la protéger en déplacement... bien qu'elle prenne de l'embonpoint au passage : la tablette seule pèse 685 grammes alors qu'enfiché dans sa station d'accueil, le poids passe à 1.3 kg... tout de même.

On y voit d'ailleurs le côté pratique, car dès lors qu'il faut se lancer dans une prose un peu longue, un écran tactile n'est vraiment pas la solution la plus adaptée, même si c'est déjà très bien. On aime cette possibilité offerte de revenir « en arrière » pour les plus réfractaires d'entre nous « au tout tactile » et pas seulement de manière d'appoint comme l'est le clavier officiel d'Apple pour sa tablette.

C'est un peu comme s'il nous était donné de transformer notre HTC Desire en notre bon vieil E71 de Nokia, tout en gardant son écran et son système d'exploitation... et en gagnant en batterie. Le rêve pour les soirées mails / SMS.

Eee Pad Transformer Eee Pad Transformer

L'interface à proprement parler est signée de Google et Asus n'y a pas forcément beaucoup participé, ce qui n'est pas forcément un mal (les surcouches sont une tentation auxquelle l'on préfère que les constructeurs ne cèdent pas). Dans tous les cas, c'est fluide, aucun temps d'attente. Nous avons aussi éteint la tablette pour voir son temps de démarrage, mais là aussi c'est instantané.

Nos hôtes avaient même pensé à nous laisser une version d'Angry Birds (le drame de David depuis qu'une partie de la rédaction y joue). Même si celui-ci n'est pas à même de faire quoique ce soit au niveau des performances graphiques, il nous a permis d'estimer la réactivité de la tablette et sa précision au niveau du tactile.

Et une fois encore nous n'avons rien à dire, c'est à la limite de la perfection.

Constat idyllique ?

Eee Pad TransformerÀ première vue, cet Eee Pad Transformer nous semble donc être une réussite. Il faut dire qu'Asus a déjà évité l'erreur de base de nombreux fabricants en utilisant un écran de qualité, et en rajoutant son savoir faire avec l'arrivée du dock.

La connectique plutôt complète permet d'avancer de nombreux avantages face à l'iPad d'Apple, et c'est maintenant surtout à l'OS de Google, Android 3.0, de faire ses preuves pour qu'un tel essai soit véritablement transformé.

Mais, nous entrerons plus en détail dans quelques jours, le temps pour nous de recevoir la bête et de la prendre en main sereinement. Car l'excitation des conférences de presse (et surtout leur chaleur !), comme la précipitation des tests effectués en quelques heures, peut laisser passer certains défauts.

Nous verrons donc ce qu'il est et surtout quelle autonomie pouvons nous atteindre avec ce nouveau jouet... À vous de nous dire ce que vous en pensez, et ce que vous attendez de ce genre de produits.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !