Sony confirme officiellement la mort de sa console PSPgo

Prévisible ? 52
Vincent Hermann
Sony a lancé en octobre 2009 sa console portable PSPgo, une version particulière de la PSP qui faisait fi de tout support physique pour les jeux afin de se tourner intégralement vers les contenus numériques et Internet. Le constructeur vient de confirmer que la production de cette console était désormais arrêtée, de même que les expéditions

pspgo

Sony a fini par répondre à une rumeur récente qui voulait que la PSPgo soit en fin de vie. La firme a confirmé au site japonais Impress Watch que le produit était abandonné. Cela étant, quiconque avait suivi le lancement de ce produit pouvait se douter que les choses finiraient ainsi. La PSPgo était entravée par des problèmes assez sérieux dont la nécessité de racheter bien des éléments n’était pas le moindre.

La PSPgo présente les caractéristiques suivantes :
  • Pas de lecteur UMD
  • Utilisation des Memory Stick Micro
  • Les jeux doivent être téléchargés sur la boutique en ligne
  • Haut-parleurs stéréo intégrés
  • Une sortie casque jack classique 3,5 mm
  • Microphone intégré
  • Un port USB 2.0 propriétaire
  • Wi-Fi 802.11b
  • Bluetooth
  • Batterie fixe de 930 mAh
L’absence de lecteur UMD et la présence de 16 Go de mémoire flash obligent les utilisateurs à acheter et télécharger leurs jeux en ligne. La carte bancaire est obligatoire pour les paiements, mais des cartes prépayées seront vendues dans les boutiques pour ceux qui n’auraient un tel moyen de paiement. Une connexion Internet est donc obligatoire. Du moins jusqu'à l'arrêt de la console.

En outre, la connexion Wi-Fi est limitée au 802.11b mais surtout, le port USB 2.0 est propriétaire, ce qui oblige les utilisateurs à racheter les périphériques qui étaient conçus pour la PSP. Cette rupture parfaitement arbitraire de la compatibilité a été particulièrement amère à la digestion pour les consommateurs, d’autant que cela concerne également les cartes mémoire Pro Duo. Enfin, les jeux sur UMD ne peuvent évidemment pas être exploités, et les DRM ont causé bien des problèmes.

Mais la PSPgo a sans doute été principalement la victime des consoles DS et 3DS de Nintendo, qui se sont vendues comme des petits pains. Sony n'a maintenant plus qu'à attendre la NGP.