L'Internet civilisé est mort, vive l'Internet responsable

Responsable et coupable ? 65
Marc Rees
L’internet civilisé est une notion surexploitée par l’UMP pour justifier un encadrement du net  par la loi et la sanction. Dans notre panorama plus ou moins exhaustif, nous constations que l’expression avait été utilisée pour la première fois par les autorités chinoises en septembre 2005. La République populaire de Chine se servait de cette expression pour justifier des mesures de nettoyage des réseaux. Depuis cependant, l’expression perd du terrain au profit de « l’Internet responsable », expression jugée nettement moins sulfureuse.

Plusieurs exemples récents témoignent de ce glissement de terrain de la civilisation à la responsabilisation.

Une première trace de cet abandon avait été repérée par la Tribune. Dans une lettre préparatoire au futur G8 du web organisé à Paris , les majors et studios américains se disent « heureux d'apprendre que Nicolas Sarkozy aborde la nécessité de mettre en place un Internet plus responsable [...]. Ce sommet offre une chance de sécuriser un engagement indiscutable pour lutter contre le vol en ligne et pour favoriser l'État de droit ».

Autre indice fort : le dernier logo de la Hadopi. La Hadopi a déposé mi-mars un nouveau logo à l’INPI nommé PUR, pour Promotion des Usages Responsables. Un « PUR » bien gros et un « Hadopi » tout petit, presque discret.

hadopi PUR logo promotion usage responsable

Dans une toute récente réponse parlementaire, le ministre de l’Éducation Nationale a dévoilé un futur portail pour la rentrée 2011-2012 nommé tout simplement « Internet Responsable », reprenant l'élément de langage en question. Ce portail déversera des règles d’usages sur les TIC à destination des élèves, épaulées par du contenu pédagogique pour les enseignants.

Confirmation de ce mouvement : les propos de Laure de la Raudière sur Twitter, à qui nous avions soumis notre panorama.

Laure de la Raudiere internet civilisé responsable  

Celle-ci confirmait également que...

Laure de la Raudiere internet civilisé responsable

En expliquant les raison de l’abandon :

Laure de la Raudiere internet civilisé responsable