(MàJ) Disques durs : Samsung appartient officiellement à Seagate

L'oligopole n'est pas loin 101
Nil Sanyas
Mise à jour : Seagate a officialisé hier la nouvelle, la division disque dur de Samsung est désormais sienne à 100 %. Cela comprend les technologies, les usines, les employés, etc. Selon Seagate, certains produits garderont le nom de Samsung pendant quelques mois encore. Mais à long terme, le nom de Samsung disparaitra.

L'équivalent d'1,4 milliard de $ a dû être déposé sur la table par Seagate pour convaincre Samsung. Une partie non négligeable a cependant été réalisée via des actions. Samsung prend donc des parts dans Seagate grâce à cette opération. Une personne désignée par Samsung représentera de plus ce dernier au conseil d'administration de Seagate. Le Sud-Coréen garde donc une présence dans le secteur.

Au final, le marché des disques durs est de moins en moins concurrentiel, avec les deux géants américains (Seagate et Western Digital) et le Japonais Toshiba. En quelques mois, nous avons ainsi perdu Samsung et Hitachi...



Mise à jour du 20 octobre 2011 : la Commission Européeenne vient d'annoncer qu'elle autorisait l'acquisition de la division disques durs de Samsung par le géant Seagate. Pour la Commission, ce rachat n'entraine pas de problèmes de concurrence.
 
La présence de Western Digital suffit donc à l'Europe semble-t-il. Le nombre de fabricants majeurs dans le secteur s'est en tout cas fortement réduit ces dernières années. Aujourd'hui, seuls Western Digital, Seagate et Toshiba occupent la majorité des ventes. Et le Japonais est loin des deux leaders...



Article du 19 avril 2011.

Ancien titre : Disques durs : Samsung se rapproche bien de Seagate

La concentration du marché du disque dur se confirme. Samsung vient en effet d’annoncer officiellement la fusion de sa division stockage avec Seagate. C’est bien entendu ce dernier qui s’occupera des opérations. Après le récent rachat de la filiale disques durs d’Hitachi par Western Digital, il ne reste donc plus que trois fabricants majeurs dans ce secteur : WD, Seagate et Toshiba.

seagate momentus thin 7 fin épaisseurCette fusion rime en fait comme une acquisition pure et simple pour Seagate, puisqu’il disposera (en co-propriété) de toutes les licences de Samsung, ses technologies SSD, ses accords de production, etc.

Samsung, qui n’est pas exclu et travaillera de concert avec Seagate dans le développement des produits, sera bien entendu indemnisé pour l’occasion à hauteur d’1,375 milliard de dollars, dont la moitié en action Seagate et l’autre en cash.

Résultat, Samsung acquiert donc des parts de Seagate (environ 10 %). Un membre exécutif du Sud-Coréen fera d’ailleurs désormais parti du Conseil d’Administration de l’Américain. Les deux groupes précisent que cette décision fait suite à un accord passé en août 2010 qui portait à l’époque sur le développement de technologies de contrôleur pour solutions SSD d'entreprise.

« L'accord n'a pas de risques de financement, et est assujetti aux conditions de clôture habituelles, y compris l'examen par les autorités réglementaires américaines et internationales » précise comme toujours le communiqué officiel. Tous ces accords entre les deux firmes devraient être finalisés d'ici la fin de l'année.

Vers une totale domination WD/Seagate

Ex-numéro 1 mondial, Seagate est aujourd’hui n°2, devancé par son compatriote Western Digital. Ce dernier a cependant marqué les esprits en annonçant début mars le rachat de la division stockage d’Hitachi. De quoi lui permettre d’obtenir près de 50 % du marché des disques durs à lui seul… Ce rapprochement entre Seagate et Samsung n’est donc pas étonnant. Le Wall Street Journal annonçait d’ailleurs la nouvelle hier en exclusivité.

Pour mémoire, Seagate n’en est pas à son premier coup d’essai. En 2005, c’est bien lui qui croquait un certain Maxtor, en mettant sur la table 1,9 milliard de dollars.