Les USA bloquent PokerStars, Full Tilt Poker et Absolute Poker

Le gouvernement fédéral a fait saisir vendredi les domaines de gros sites du poker en ligne basés à l'étranger : PokerStars, Full Tilt Poker, et Absolute Poker. Leurs fondateurs sont accusés de fraude bancaire, blanchiment d’argent et d’infraction aux jeux de hasard. Une saisie a été effectuée sur 75 comptes bancaires utilisés à l'étranger par ces sociétés en plus, donc, de la redirection de leur nom de domaine. Une visite sur le site de Pokerstars.com redirige maintenant vers une page du FBI, quelque soit l'endroit d'où l'on se connecte dans le monde.

PokerStars Full Tilt Poker UB.com Absolute Poker DOJ

C’est le FBI qui a saisi ces noms de domaines suite à une action lancée par le procureur du district sud de New York, Preet Bharara. Pour ce dernier, « les entreprises étrangères qui choisissent d’opérer aux États-Unis ne sont pas libres de bafouer la loi qu’ils n’apprécient pas simplement parce qu’ils ne supportent pas d’être séparés de leurs bénéfices ». Pour le FBI : « Ces entreprises ont fait le pari qu’ils pourraient continuer leurs affaires, ils ont perdu ». La justice souhaite aujourd’hui récupérer quelques trois milliards de dollars.

L’Unlawful Internet Gambling Enforcement Act

Depuis 1986, l’Unlawful Internet Gambling Enforcement Act ("UIGEA") interdit la plupart des jeux en ligne aux États-Unis et les transferts d’argent vers ce pays. Mais tous les sites ont trouvé une parade en ouvrant des comptes à l’étranger qui acceptent justement des joueurs américains (PokerStars avait par exemple été lancé au Costa Rica en 2001). C’est cette parade que tente de faire tomber la justice américaine. « On accuse les salles et leurs gestionnaires d'avoir orchestré des fraudes massives visant à déguiser la nature des transactions permettant les dépôts et retraits entre les salles et leur clientèle américaine » résume le site canadien RDS.Ca qui invite les joueurs actuels à ne pas paniquer : « La panique est souvent à l'origine d'une crise, plus que les causes primaires de cette dernière. À l'heure d'écrire ces lignes, les opérations continuent normalement pour les joueurs d'ici sur PokerStars et Full Tilt Poker. Avec l'absence des joueurs américains, les parties y sont d'ailleurs plus faciles que jamais ! Cette crise pourrait se transformer en opportunité pour les joueurs d'ici ».

Un "Vendredi noir"

La Poker Player Alliance (plus d’un million de membres aux États-Unis) estime cependant  qu'avec cette prise de contrôle effectuée dans les registres américains des noms de domaine, le DOJ vient de déclarer la guerre aux millions de joueurs en ligne. La PPA s’inquiète du sort réservé aux sommes qui avaient été placées par les joueurs et rappelle que pour elle, « le poker n’est pas un crime et que d’honnêtes joueurs ne tolèreront pas de se laisser ainsi priver d’un des plus grands passe-temps américains. »

En France, Poker News, site d’information sur ce secteur estime en attendant que ce « Vendredi 15 avril 2011 restera dans les annales du poker en ligne comme celui du vendredi noir ou « Black Friday ». Le monde du poker en ligne tel que nous l’avons connu au cours des dix dernières années n’est plus et a changé de manière fatidique lors de cette date ».

Comme en matière de contenus audiovisuels et musicaux, les sites de poker ont rapidement trouvé une nouvelle parade en poussant en avant des versions .Net, .Eu, ou sous d’autres extensions (Pokerstars.com vers pokerstars.eu).

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !