Pour Vivendi, le moyen de sécurisation Hadopi sera dans la box

(Ce n’est pas un poisson d’avril…) 241
Par
le vendredi 01 avril 2011 à 09:30
Marc Rees
Hier, lors du colloque de l’UNIFAB, Sylvie Forbin, n'a pas seulement quantifié le nombre d'adresses IP  identifiées chaque jour par chaque FAI. La représentante de Vivendi a aussi donné des détails sur ce que seront les moyens de sécurisation labellisés.

Ces spécifications doivent définir les caractéristiques minimales des futurs outils de sécurisation, pour que ceux-ci puissent être labellisés par la Hadopi.
 
Ces moyens sont actuellement en cours de définition par le Pr Michel Riguidel, un chercheur qui a lui-même déposé un brevet en ce secteur avec un ancien du cabinet ministériel de Christine Albanel, à la demande du numéro 1 de Vivendi.


La lobbyiste de Vivendi a donné son analyse sur ce sujet, tout en marquant son impatience : « Il y a une autre mission de l’Hadopi, dont nous attendons beaucoup » a-t-elle indiqué à l’Unifab. « C’est de publier très rapidement les fameuses spécifications techniques qui vont permettre aux fournisseurs d’accès d’intégrer dans leurs nouvelles offres de prochaine générations, une sécurisation. »

Un moyen intégré dans la box


Selon la grille de lecture de Vivendi (Universal, SFR, etc.), cette sécurisation « va permettre aux usagers de bonne foi d’introduire ou d’activer dans les nouvelles box qu’ils achèteront, des dispositifs qui permettront de les aider à faire ce cheminement et à paramétrer l’usage de leurs enfants, l’usage de leur famille vers des offres légales et à pouvoir eux-mêmes aussi organiser leur propre espace. »

Pour Vivendi, l’objectif est, à terme, de basculer l’outil de sécurisation dans les futures « Box » des prochaines offres Internet, et non dans à l’extrémité de la chaîne, l’ordinateur de l’usager. Et ce sera aux FAI d’intégrer cette couche logicielle que pourront utiliser les usagers de bonne foi.