Spam sur Twitter : Amazon, peu adroit dans les bots ?

Un réseau peu sociable 60
Marc Rees
Si vous êtes un utilisateur assidu de Twitter, peut être avez-vous remarqué que quantité de messages sont accompagnés depuis quelques jours de liens vers Amzn.to, le réducteur d’URL d’Amazon. Des liens sans rapport avec le message source, accompagné d’un ou plusieurs «@» pour en maximiser sa propagation vers d'autres personnes.

Un exemple, parmi d'autres et d'autres :

learngolfon0a-21 spam amazon twitter  

Xavier Mouton-Dubosc, développeur web freelance et chef de projet dAgence (service hébergé orienté e-commerce) nous a apporté des précisions sur cette vague :

« sous le spam flood, nous indique-t-il, j'ai commencé par regarder où envoyait les liens...
curl -I http://amzn.to/eg8N9B?=vxh0
Location:
http://www.amazon.fr/gp/bestsellers/beauty?ie=UTF8&ref_=pd_ts_nav&linkCode=shr&camp=3210&creative=21462&tag=learngolfon0a-21
C'est toujours le même affilié qui ressort, à savoir learngolfon0a-21
».

Un affilié qui commence à soulever des interrogations sur les réseaux sociaux, si ce n'est à agacer :

learngolfon0a-21 spam amazon twitter

Connu également sur twitter (ainsi que sur PC INpact) sous le pseudo Dascritch, Xavier Mouton Dubosc nous fournit d’autres détails sur les dessous de ce flood : « Techniquement c’est relativement simple. Quelqu’un a ouvert un compte affilié chez Amazon. Donc à chaque fois, pour chaque validation, il touche un pourcentage du panier, 5% je crois. Mieux : même si un client ne prend pas l’item cette fois, il est automatiquement « lié » à ce compte en évinçant le précédent compte rattaché. D’où l’intérêt d’avoir un maximum de monde ».

Le développeur web freelance poursuit : « Apparemment, ce spammeur a mis en place un système qui permet de créer des milliers de comptes Twitter en fonction des « trends topics ». A partir de là, il duplique des tweets et rajoute des liens aléatoire vers un produit sans oublier son identifiant Amazon ». Un spam industrialisé sur le dos des utilisateurs Twitter et qui peut générer par son ampleur, de fructueuses retombées.

Alerté par ses soins de la situation de cet affilié un peu trop fan de twitter, Amazon US comme sa version francophone lui ont répondu très automatiquement que « l'e-mail ( sic !) que vous avez eu ne provient pas d'Amazon.fr et nous sommes en train d'enquêter sur la situation. Nous vous conseillons de ne jamais répondre un e-mail vous demandant de fournir des détails personnels ou financiers, de ne jamais ouvrir une pièce jointe dont vous n'auriez pas demandé l'envoi, et de ne jamais cliquer sur un lien se trouvant dans ces e-mails ». Ignorant donc, malgré plusieurs courriers, cette pratique sur Twitter. En attendant, la pollution continue (voir ce post de Dascritch)