Licences 4G : vers une couverture de 99,6 % de la population ?

EuroTMT, spécialisé dans les actualités télécoms, a eu des indiscrétions fort intéressantes au sujet du Conseil d’État. Ce dernier aurait en effet donné raison à l’Autorité de régulation des télécoms (l’ARCEP) au sujet de la 4G, notamment sur un point fondamental : l’objectif minimal d’une couverture quasi intégrale de la population du pays (99,6 %). Cet objectif est d’une importance capitale car il pourrait impliquer un prix modéré pour les fameuses licences 4G.

3GPP LTE Advanced 4GEn effet, l’ARCEP a déjà par le passé avancé l’idée que le prix des licences 4G serait réduit en cas de couverture très avancée de la population (et donc du pays), même les zones moins peuplées, et donc les moins intéressantes économiquement. En somme, l’Autorité avance une carotte pour forcer les opérateurs à couvrir les zones les plus désertiques du territoire.

« Selon plusieurs sources convergentes, le Conseil d’État aurait rendu son avis sur le projet de décret définissant les modalités d’attribution des licences 4G et aurait validé la lecture faite par l’Arcep de la loi Pintant » précise EuroTMT.

Une deuxième claque pour Besson

Seul problème, et de taille, qui dit « licences 4G à prix modéré » dit « moins d’argent dans les caisses de l’État ». Une équation loin de plaire au gouvernement, et notamment à Éric Besson, le ministre de l’Industrie, qui n’a pas caché son souhaite de faire payer le prix fort aux opérateurs, quitte à demander une couverture moindre…

Si cet avis du Conseil d’État est officiellement confirmé, ce sera donc un revers important pour le ministre, après l’échec d’intégrer un commissaire du gouvernement au sein de l’ARCEP… A contrario, pour les opérateurs mobiles, et plus particulièrement Free Mobile, la nouvelle est excellente.

Free Mobile veut une licence 4G, mais pas à n'importe quel prix

Rappelons ainsi que Maxime Lombardini, le directeur général d’Iliad, a lors d’une interview sur BFM Radio confirmé que Free Mobile serait « vraisemblablement candidat » à la licence 4G afin d’être compétitif à long terme. Lombardini a cependant tenu à mettre une légère pression sur le gouvernement :

« Il faut que l’État trouve un juste milieu entre tirer de l’argent de fréquences, c’est normal que si on occupe le domaine public, on le rémunère, mais ne pas handicaper pour autant les acteurs. »

En somme, tirer vers le haut le prix des licences risquerait de mettre sur la touche Free Mobile, ce qui ramènerait le marché français au triumvirat actuel, alors que se dessine dès l’année prochaine un marché à quatre grands opérateurs, sans compter les MVNO les plus développés.

Il devrait bien y avoir quatre grands opérateurs mobiles 4G

Mais si le gouvernement espère en effet faire rentrer un maximum d’euros dans les caisses, n’oublions pas que les fréquences seront probablement divisées en quatre blocs. « J'ai dit qu'il y aurait quatre lots, deux de cinq mégahertz et deux de dix mégahertz » a ainsi affirmé Éric Besson il y a quelques mois.

En toute logique, Orange et SFR sont les seuls à avoir les reins financiers et le parc d’abonnés suffisants pour obtenir les deux grands lots. Les lots restants seront donc convoités par Bouygues Télécom et Free Mobile.

Rendez-vous cet été – ou au pire des cas au second semestre 2011 – pour en avoir le cœur net, lorsque les licences 4G seront attribuées.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !