Google Street View : en procès en Suisse, en question en Israël

Le procès contre Google Street View se poursuit en Suisse. Pour mémoire, l’an passé, lors de l’arrivée du service, la Suisse avait exigé de Google un haut niveau de protection de la vie privée. Problème : des visages et des plaques d'immatriculation étaient encore visibles ou mal floutées.

loi anti google street view bing

Après une première recommandation, Hanspeter Thür, Préposé fédéral à la protection des données et à la transparence (PFPDT, équivalent de notre CNIL) saisissait la justice pour violation de la protection des données : « visages et plaques d'immatriculation ne sont pas suffisamment floutés, ou alors des personnes sont montrées dans des environnements sensibles, par exemple devant un hôpital, une prison ou une école. »

Google au-delà des jardins, murets, haies

Selon le PFPDT, « dans les quartiers périphériques, où la densité de la population décroît considérablement par rapport aux rues des centres-villes, il ne suffit pas de flouter les visages, étant donné qu'un zoom permet aux utilisateurs de Street View de cadrer sur ordinateur les images de personnes et de les agrandir ». De plus, « la hauteur des caméras montées sur les véhicules de Google est inadéquate. Elle permet de voir par-dessus les haies et les murets de jardins privés bien mieux qu'un passant ordinaire ne le pourrait depuis la rue. La sphère privée n'est ainsi plus garantie dans les jardins et les cours clôturés. »

Depuis cette plainte, Google a pu continuer à engranger des données, mais non à les publier sans l’accord des personnes prises en photo.

Pas d'anonymisation à 100%

C’est demain à Berne, que le Tribunal administratif devra trancher ce dossier. Peter Fleischer, responsable de la protection des données chez Google a indiqué à nos confrères de 24Heures.ch. «Un quart des Suisses l’ont déjà utilisé. Nous faisons tout pour protéger leur sphère privée. Notre technique de floutage assure qu’environ 99% des visages et des plaques d’immatriculation ne sont pas identifiables. Mais on ne pourra jamais garantir une anonymisation à 100%.»

Le verdict, indiquent nos confères, n’est attendu que d’ici un à trois mois.

Israel : entre risque d'attentat et retombées positives

En Israel, le service en ligne Google Street View pose d’autres questionnements sensibles. Le Monde indique ainsi que lundi, les ministres israéliens se sont penchés sur les risques suscités par Street View, les images des bâtiments pouvant être exploitées à des fins d’attentats.

Toutefois le pays a également conscience des bienfaits que Street View pourrait avoir pour « son image de marque et son tourisme ». Du coup, il envisage de permettre la collecte et la diffusion de ces photos pour un futur Street View Israël. « Des experts israéliens travaillent actuellement avec ceux de Google pour trouver une solution qui satisfasse les exigences de sécurité d'Israël, autant que les besoins du programme » indique pour sa part le site Israel-infos.net

Google Street View avait été lancé en mai 2007. Depuis, le service est accessible dans 27 pays.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !