Accord Nokia/Microsoft : avantages exclusifs, emploi et Qt

Bienvenue chez Nokia monsieur Damocles, que puis-je pour vous ? 318
Vincent Hermann
L’annonce de ce matin sur l’accord entre Nokia et Microsoft a retenti comme un coup de tonnerre. Certains ont applaudi, d’autres ont détesté, mais beaucoup se posent des questions sur les conséquences et les détails d’un lien aussi fort entre deux sociétés. Or, les conséquences sont nombreuses, et les détails sont particulièrement intéressants.

nokia

Stephen Elop résume dans sa conférence les avantages particuliers que Nokia obtient via cet accord :

« Nous avons établi un partenariat avec Microsoft qui permet à Nokia de conduire conjointement le futur de Windows Phone 7. Pour définir conjointement le langage, les fonctions et les personnalisations que vous verrez dans le futur de Windows Phone 7. Pour avoir un accès unique et la possibilité de faire une différenciation unique relative à Android autour de la conception logicielle, du support des chipsets et de la configuration des écrans. Et, bien entendu, pour s’assurer que ce sera compétitif face à Android et Apple.

Nous devons nous assurer en même temps que nous pouvons nous différencier dans l’écosystème Windows Phone. Nokia a certaines technologies exclusives, un exemple est notre technologie de caméra que vous pouvez voir dans le N8, et qui, grâce à ce partenariat exclusif avec Microsoft, contribuera à un téléphone Windows Phone 7 que vous ne verrez pas ailleurs.

Nous avons la capacité de faire des personnalisations et des extensions à l’environnement logiciel qui sont uniques et vont donc nous différencier. Il est très important de comprendre qu’il ne s’agit pas d’un accord OEM classique. Microsoft parie lourdement sur nous
. »

Des avantages uniques qui vont au-delà de ce qu’il est possible de faire avec les autres constructeurs : voilà ce que Nokia obtient. Le problème ne serait plus tant de savoir ce que Nokia a y gagner que la réaction des autres constructeurs, tels que HTC et Samsung, à cet accord exclusif qui les écarte de certaines possibilités. Elop a par ailleurs indiqué que personnaliser l’interface devrait être fait avec prudence, le changement pour le changement pouvant être « la pire des choses à faire ». Mais si la question est « Nokia peut-il tout modifier dans Windows Phone 7 ? », la réponse est basique : oui.

Stephen Elop a annoncé également que 2011 et 2012 seront des années de transition. Traduction directe : il y aura des coupes dans la masse salariale. Le groupe finlandais devrait procéder à des « réductions substantielles parmi les salariés », aussi bien dans le pays de Nokia, la Finlande, que dans le reste du monde.

Autre mauvaise nouvelle : l’avenir de Qt. Nul besoin de le dire autrement : ce framework, dont Nokia s’est pourtant très bien occupé depuis le rachat de Trolltech en 2008, prend une claque conséquente avec la nouvelle stratégie. L’accord entre Nokia et Microsoft devrait permettre une communication plus simple avec les développeurs qui souhaitent porter leurs applications, mais il faudra passer obligatoirement par Visual Studio et les technologies omniprésentes sur Windows Phone 7 : .NET et Silverlight.

Qt sera donc maintenu en place et continuera à évoluer, dans la mesure où d’autres produits Symbian sont prévus. De même, Qt sera la voie royale pour les développeurs intéressés par le système open source Meego lorsqu’il sera disponible plus tard dans l’année. Mais le constructeur ne cache pas sa stratégie qui est maintenant axée prioritairement sur Windows Phone 7, et Qt ne sera en aucun cas adapté aux API du système de Microsoft.