Twitter racheté 10 milliards de dollars par Google ou Facebook ?

Ce qui fait cher le caractère 64
Nil Sanyas
Twitter whaleC’est peut-être la prochaine très grosse acquisition du Net : Twitter, actuellement valorisée à hauteur de 3,7 milliards de dollars, attire les convoitises. Et les deux sociétés Web du moment, à savoir Google et Facebook, seraient prêtes à mettre sur la table entre 8 et 10 milliards de dollars révèle aujourd’hui The Wall Street Journal, qui précise que d’autres sociétés sont aussi intéressées par Twitter. De quoi faire tourner bien des têtes, pour un site qui n’a généré que 45 millions de dollars de chiffre d’affaires en 2010…

D’un côté, Twitter attire déjà des millions de visiteurs quotidiennement et est utilisé par de nombreux professionnels, valorisant plus encore le site de microblogage. Qui plus est, tout porte à croire que Twitter rapportera plusieurs centaines de millions de dollars d’ici quelques années. De l’autre côté, Internet est un milieu où tout va vite, que ce soit vers les sommets ou les grandes profondeurs. La fulgurante ascension de Myspace s’est suivie par une tout aussi fulgurante dégringolade.

Aujourd’hui, le MySpace d’hier se nomme Facebook, et Twitter est déjà en train de prendre la relève avec déjà près de 200 millions d’utilisateurs. Mais pour combien de temps ? Les dirigeants de Twitter se sont inévitablement posé la question quant à savoir s’il s’agit d’une simple énième bulle Internet ou non.

Affirmant de façon régulière leur volonté de rester indépendant, les leaders de Twitter risquent néanmoins de réfléchir à deux fois avant de rejeter une offre oscillant entre 8 et 10 milliards de dollars… soit environ 200 fois son chiffre d’affaires de 2010.

Si cette somme peut paraître folle voire irréelle, n’oublions pas que Twitter n’en est qu’au début de sa monétisation, et qu’acheter le réseau social revient à croquer son futur. De plus, si Google connaît des succès dans de nombreux secteurs, celui du réseau social lui résiste encore et toujours malgré ses efforts.

Quant à Facebook, croquer Twitter ne ferait que conforter sa place de n°1 dans le réseau social. Il ne serait néanmoins pas étonnant que d’autres géants soient sur les rangs, même s’il reste quelques sociétés encore indépendantes sur le marché, dont un autre réseau social très connu : LinkedIn, le n°1 dans le secteur professionnel.

Reste à savoir si les sommes citées ci-dessus sont bien réelles, et si Twitter cédera face à tant de zéros…