Lettre ouverte de Wikio Group à Frédéric Lefebvre

A propos du contrôle des avis postés en ligne 155
Marc Rees
Nicolas Poirier, responsable juridique de Wikio Goup (Overblog Nomao eBuzzing Wikio Experts), nous a transmis cette tribune en guise de lettre ouverte à Frédéric Lefebvre. Le secrétaire d’État veut en effet canaliser et contrôler les avis postés sur internet, officiellement pour traquer les faux avis émis par les sociétés elles-mêmes. : il a annoncé des « enquêtes spécifiques de la DGCCRF pour lutter contre deux dérives préoccupantes : les faux avis de consommateurs et les pratiques commerciales déloyales dans le secteur de la réservation d’hôtels en ligne ».

*  *
*

Lettre ouverte à Monsieur Frédéric Lefebvre, secrétaire d'État, chargé du Commerce, de l'Artisanat, des PME, du Tourisme, des services, des Professions libérales et de la Consommation.

Monsieur le Secrétaire d'État, ce n'est pas sans surprise que nous avons découvert ce 21 janvier votre intention de confier à la DGCCRF une enquête sur les avis de consommateurs publiés sur internet, et particulièrement sur les blogs, que ce soit à travers des articles ou des commentaires.

Si l'intention de mieux informer le consommateur ne peut que paraître louable, nous aimerions toutefois attirer votre attention sur le fait que le procédé et la manière choisis ne semblent pas des plus pertinents.

Il existe une première raison pour laquelle on trouve beaucoup plus d'avis positifs que négatifs, au point que cela puisse vous paraître éminemment suspect : effectivement, nombre d'internautes aimeraient pouvoir commenter sur leur blog ou en commentaire leurs expériences négatives, ce qui rendrait probablement beaucoup moins dithyrambiques les critiques trouvées ça et là sur certains hôtels, produits, sociétés.

Seulement, si ces hôtels, produits et sociétés acceptent avec un enthousiasme immodéré les compliments sur leurs prestations, leur premier réflexe lorsqu'ils constatent une critique négative, aussi justifiée soit-elle, est de menacer de poursuites en diffamation éditeur du texte et hébergeur, si ce n'est d'assigner directement. Fatalement, et dans ces conditions, il ne se trouve que peu de volontaires pour contrebalancer des critiques par trop positives. Une loi qui viendrait renforcer la liberté d'expression en matière de critiques négatives serait en l'espèce une véritable avancée, que nous soutiendrions vivement.

Par ailleurs, il faut bien comprendre que les internautes ne s'inscrivent pas dans le même rapport vis-à-vis de la publicité que des téléspectateurs. Lorsqu'un téléspectateur peut passivement se laisser convaincre par des promesses publicitaires parfois irréalistes, ou tronquées, un internaute qui consulte un site internet, comparateur, blog, s'inscrit dans une démarche volontaire : il a choisi de se rendre sur un site, comparateur, blog pour étudier la pertinence des produits qui ont retenu son attention, ce qui est déjà un acte de prudence de « bon père de famille » (bien que je m'excuse de cette expression plus que désuète). Surtout, l'internaute qui consulte les avis et commentaires est nettement capable de faire la différence entre fictions contées par un community manager, et réalités décrites par un vrai consommateur.

Enfin, et s'agissant des articles rédigés par les blogueurs influents, ces derniers ont construit, au fil de nombreuses années, une réputation à laquelle ils sont aussi attachés que des sociétés : la moindre atteinte à cette réputation, et ces blogueurs perdent leurs visiteurs, qui iront chercher leurs informations sur une nouvelle source plus fiable. Aussi, lorsqu'un blogueur accepte de faire la promotion d'un produit, au-delà de la rémunération qui peut être attachée à cette promotion, vous pouvez avoir la certitude qu'il a lui-même adhéré à ce produit.

J'aimerais ainsi et surtout attirer particulièrement votre attention sur le fait que c'est tout un système de confiance qui s'est créé entre blogueurs et lecteurs, entre comparateurs et adeptes de ces comparateurs. Ainsi, lorsqu'un spammeur professionnel est identifié, ses commentaires sont le plus souvent rejetés par le blogueur.

Aujourd'hui, au motif louable de rendre meilleure l'information pour les consommateurs, vous risquez de détruire cet « écosystème » qui s'est construit sur l'internet Français, en jetant l'anathème contre les blogueurs et qui n'oseront plus parler de leurs coups de coeur, même spontanément, de peur de devoir en rendre des comptes : sans mettre un terme aux pratiques que vous dénoncez (les professionnels sauront toujours, d'une manière ou d'une autre, s'adapter), vous risqueriez ainsi d'obtenir le résultat inverse, en mettant un terme aux commentaires spontanés et désintéressés !

C'est la raison, Monsieur le Secrétaire d'État, je vous assure qu’internet, loin d'être une mafia qui se serait développée en l'absence de l'État, est un écosystème sain et qui fonctionne. Surtout, après la hausse de la TVA sur les forfaits internet subie par les internautes, et alors qu'il est annoncé qu'internet sera le lieu des prochaines échéances électorales, il serait temps de concevoir que ces internautes, s'il est avéré qu'ils ne sont pas tous des trafiquants, proxénètes, racistes, violeurs et psychopathes, sont en revanche bel et bien des électeurs.