Windows Phone 7 : Microsoft pourrait autoriser le homebrew

Sans ouvrir la porte au piratage ? 51
Vincent Hermann
Windows Phone 7 est un système jeune, et comme tout nouveau produit, il n’échappe pas à la règle impitoyable du déplombage, ou jailbreaking en anglais. Cette manipulation consiste à faire sauter les défenses du système pour autoriser des actions qui ne sont normalement pas prévues, voire pas autorisées. Microsoft se prépare visiblement à un changement qui devrait marquer un virage pour Windows Phone 7 : le support officiel du homebrew.

samsung omnia 7 windows phone wp7

Homebrew est un terme anglais signifiant littéralement « brassé à la maison » . Il est employé depuis des années par ceux qui utilisent un certain équipement de manière détournée. Le première Xbox et ses multiples possibilités de personnalisation a popularisé le thème, les utilisateurs s’adonnant alors à la modification du produit dans des directions que Microsoft n’avait pas envisagées.

Cependant, un téléphone Windows Phone 7 est équipé comme n’importe quel smartphone récent, de diverses protections, et l’installation d’application ne peut passer que par le Marketplace, sauf si vous êtes développeur. Seule solution alors : le jailbreaking.

Interdit pendant longtemps, le jailbreaking est devenu légal aux États-Unis, sous certaines conditions. La loi a été cependant suffisante pour entraîner une détente dans le secteur, Apple ayant même supprimé ses API de détection des modifications du système dans iOS. C’est dans ce même contexte que trois développeurs ont publié ChevronWP7, la première application tout-en-un de déplombage de Windows Phone 7... Avant que Microsoft ne leur demande d’échanger le retrait de leur création contre un rendez-vous au siège de Redmond avec le responsable Brandon Watson en personne.

chevronwp7

Ceux-ci ont récemment passé deux jours entiers à discuter d’un sujet particulier : les modifications homebrew sur Windows Phone 7. Le constat était simple : si Microsoft souhaitait que ce type de mesure ne se fasse pas dans son dos, car il est impossible d’empêcher les développeurs de s’y intéresser, autant l’autoriser. Et si l’éditeur n’a pas encore donné réellement le feu vert, les signes qui émanent désormais sont positifs et vont dans ce sens.

Ainsi, l’éditeur a confirmé qu’une prochaine mise à jour pour Windows Phone 7 allait rendre inopérante la faille qui a permis la création de ChevronWP7. Mais sur le blog de ce dernier, les développeurs ont indiqué :

« Nous collaborons avec Microsoft sur une solution intérimaire qui continuera à supporter les développements homebrew après la mise à jour. Nous en partagerons les détails quand ce sera terminé. »

Autoriser les développements homebrew signifiera certainement une envolée de ce type de créations. Les utilisateurs seront alors capables d’installer leurs propres créations sur leur téléphone sans passer par la boutique en ligne officielle, et donc le sas de validation. Mais beaucoup craignent également que l’autorisation du homebrew favorise le piratage. Il s’agit d’ailleurs de l’un des principaux points abordés par les développeurs de ChevronWP7 avec Microsoft : comment autoriser l’installation d’applications sans autoriser du même coup le piratage ?

Si une solution officielle est proposée, Microsoft la proposera sans doute sous des conditions claires. Après tout, une faille a déjà permis de récupérer des applications dans le Marketplace sans les payer. Ouvrir la porte du homebrew pourrait largement aider à la diffusion de fichiers que les utilisateurs n’auraient qu’à récupérer pour posséder une version piratée d’une application. L’objectif « Oui au homebrew, non au piratage » ne sera pas forcément simple à atteindre.