Google annonce l'arrêt du support du H.264 dans Chrome

L’année dernière, Google avait créé l'évènement retentissant dans le domaine du Web, mais également dans celui du multimédia avec l’annonce du format WebM. Totalement libre, ce dernier est bâti sur les anciennes fondations de VP8 dont Google avait racheté la propriété. Aujourd’hui, un nouveau coup de tonnerre retentit : Google abandonne le support du codec H.264 dans Chrome.

webm

Google fait un rapide état des lieux dans un billet du blog officiel de Chromium. Pour l’éditeur, les choses sont claires en ce qui concerne WebM :
  • L’encodeur et le décodeur ont pu profiter rapidement de gains de performances
  • L’adoption s’est faite de manière assez large par les navigateurs, les outils et constructeurs
  • On trouve des implémentations différentes mais compatibles entre elles, ce qui booste la compétition et l’innovation
En clair, tout va bien.

La firme croit sincèrement que l’écosystème autour de WebM va encore s’améliorer dans l’année qui vient, au point qu’une décision plutôt sérieuse et tranchée a été prise : le support du codec H.264 va être abandonné dans Chrome, et l’intégralité des ressources consacrées à ce support va être basculée vers les codecs libres.

Prochainement, une mise à jour de Chrome va donc bousculer le paysage du Web, puisque le navigateur ne supportera plus officiellement que deux codecs libres pour la balise vidéo du HTML5 :
  • WebM
  • Theora
La décision est courageuse, si ce n’est risquée. Certes le format H.264 n’a jamais été créé pour remplir une mission sur la toile. Pourtant, les années passant, l’accélération matérielle a débarqué un peu partout, et l’encapsulation d’un flux H.264 dans le Flash notamment ont largement profité à sa diffusion. En outre, le H.264 détient un nombre conséquent de qualités techniques, notamment celle d’offrir une bonne qualité d’image avec un débit limité sur le réseau.

Seulement voilà, le H.264 est protégé par des brevets et sa licence est payante. Bien que cette dernière ait changé notamment pour les navigateurs, plusieurs acteurs étaient dérangés par une situation mouvante, sans parler de l’aspect fermé du codec qui faisait office de caillou dans la chaussure de Mozilla. L’éditeur, avec son navigateur Firefox, s’est engagé avec Opera à supporter WebM, tout en ne supportant pas le H.264. Avec Chrome, trois butineurs sur cinq sont désormais dans un camp très marqué.

Restent donc Apple et Microsoft. À Redmond, la prise de risque a été limitée. Internet Explorer supporte le H.264, mais la firme a annoncé qu’elle ne s’opposerait pas à WebM, si le codec était installé sur le système (comprendre Windows). Côté Apple, c’est nettement plus tranché : pas un mot sur WebM, seul compte le H.264, format privilégié pour tous les contenus entourant les plateformes OSX et iOS.

Ce qui est certain, c’est que le paysage du web va changer plus rapidement que prévu. Entre temps, et avant que WebM ne prenne réellement son envol, le Flash risque encore de jouer un rôle important, du fait de sa capacité à livrer un flux H.264.
 
Les intéressés pourront consulter la page des soutiens à WebM, qui a quelque peu grandi ces derniers mois.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !