Windows 8 sera bien compatible avec les puces ARM

Les rumeurs étaient donc exactes : Windows fonctionnera sur architecture ARM. Plus exactement, cela concernera la prochaine version de Windows, potentiellement appelée « 8 ». Pourquoi ce choix ? Quelles sont les perspectives de Microsoft avec une telle déclinaison ? Passage en revue des aspects d’une présentation qui donne un aperçu de ce que l’éditeur veut depuis longtemps.

windows embedded compact 7 ec7 ce7

Pourquoi ?

Le pourquoi est assez simple : Microsoft rêve depuis des années d’une base unique qui lui servirait pour l’ensemble de ses produits. Il faut dire que les versions de Windows sont nombreuses. Aux côtés de la mouture classique dédiée aux PC, on trouve Windows Phone 7, la série des CE ou encore la version particulière de la Xbox. On imagine facilement ce que souhaite Microsoft : une base unique, capable de fonctionner de la même manière sur tous les types d’appareils, avec les mêmes technologies et donc les mêmes entrées pour les développeurs.

Windows 8, ou quel que soit son nom, sera très vraisemblament le début de la grande migration vers cette base unique. Le fait de lui ajouter la compatibilité ARM ne peut signifier qu’une chose : c’est ce système que l’on trouvera sur les tablettes et autres appareils mobiles. L'unicité de ce système n'implique évidemment pas une même interface. Comme les autres éditeurs, Microsoft est obligé de développer deux modèles différents, selon la destination de Windows, PC ou tablette.

C'est le PDG Steve Ballmer en personne qui a montré un Windows en train de fonctionner sur une machine ARM. Et ce que révèle cette démonstration va plus loin que la simple arrivée de  Windows sur les tablettes et autres appareils mobiles. La modularisation du système, massif, avait commencé  avec Vista, s'était poursuivie avec Windows 7, et devrait maintenant prendre un tournant  décisif avec Windows 8 L’isolation de la base minimale, qui prend la forme actuelle de MinWin, avance encore et devrait par exemple couper tous les liens avec Internet Explorer. C’est cette base minimale, ce « coeur », que Microsoft devrait utiliser comme socle.

Les retombées

Propulser Windows sur les tablettes signifie également plusieurs conséquences négatives ou qui vont demander beaucoup de travail. Premièrement, on risque de ne pas voir de réponse réelle de Microsoft aux tablettes avant l’année prochaine, le temps de finaliser Windows 8 et de préparer l’écosystème. Ensuite : l’écosystème justement. Il sera impossible de prendre des applications classiques pour les faire fonctionner sur des tablettes ARM : l’architecture processeur est différente.

Microsoft devra donc compter sur un écosystème logiciel différent. Ici, c’est très certainement .NET qui remplira cette mission : déjà utilisé pour Windows Phone 7, cet ensemble de technologies peut s’exécuter partout de la même manière, tant qu’un runtime est présent. On devrait retrouver également Silverlight et ainsi le même groupe d’API utilisé les smartphones Windows récents. Problème : comment orienter les développeurs vers ces technologies, certes utilisées sur les smartphones et dans le monde professionnel (pour .NET), mais trop souvent absentes du domaine grand public ?

La solution pourrait venir de la boutique d’applications que les rumeurs prêtent à Windows 8. Qui dit boutique d’applications dit règles de développement. De la même manière que l’on crée des logiciels pour iOS ou Android, on trouve un ensemble de lignes précises et de conseils. Microsoft pourrait donc demander l’utilisation de .NET et de ses technologies associées, ce qui uniformiserait l’écosystème autour des API les plus récentes. Mais outre la base technique, il faudrait réfléchir à l'interface proprement dite.

La problématique de l'interface

La démonstration qui a été faite par Steve Ballmer ne consistait qu’à montrer Windows sur une machine utilisant une puce ARM. L’interface était celle de Windows 7, ce qui ne prouvait rien. On sait qu’un nouveau design est en conception, et plusieurs sources, notamment Paul Thurrott et Ars Technica, ont rapporté qu’il est déjà nommé en interne Modern Shell, soit « MoSh », un nom qui devrait faire tressaillir les zygomatiques français. Mais l’éditeur prévoit nécessairement une autre interface, cette fois destinée aux manipulations tactiles. Le tout serait donc de viser à chaque fois le type d’interface adapté.

Au final, Windows 8 pourrait être le premier vrai pas vers une vision globale : la même base technique partout, les mêmes technologies de développement, seule l’interface et la finalité changeant d’un produit à un autre. En termes de support, d’améliorations et de mises à jour, on imagine la simplification des processus. Mais cela suppose une démultiplication des moyens : si Microsoft souhaite par exemple lancer une version d’Office pour tablettes, alors il faudra développer un produit complètement neuf.

En attendant que Windows 8 arrive, le marché des tablettes risque bien d'échapper à Microsoft, malgré les quelques essais sous Windows 7 : l’iPad 2 arrive, et l’offre Android est sur le point de se déchainer.

Enfin, signalons que la compatibilité ARM se fait dans un cadre précis. Toutes les puces ne seront pas supportées, mais des accords ont été passés avec NVIDIA, pour toute la famille Tegra, Texas Instrument et ses puces OMAP 4 et Qualcomm avec ses Snapdragon.

Enfin, comme nous l'avons souligné dans cette actualité, la compatibilité ARM souligne une autre conséquence : cela fonctionne dans les deux sens, et si Windows peut aller vers les machines ARM, les puces ARM peuvent théoriquement débarquer dans les PC classiques.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !