CES : Microsoft annoncerait un Windows pour puces ARM

Le CES approche, et avec lui viennent des opportunités d’annonces intéressantes et importantes. Le mois prochain, Microsoft sera présent à Las Vegas, et Steve Ballmer, PDG de la firme, pourrait y dévoiler plusieurs modèles de tablettes sous Windows 7. Parallèlement, différents signes émanent de l’éditeur pour indiquer une uniformisation générale de la plateforme Windows dans un futur assez proche. Et ce ne sont pas les rumeurs relayées chez Bloomberg et le Wall Street Journal qui vont calmer les spéculations.

 

 windows slate tablette


Bloomberg et le Wall Street Journal alimentent le feu

 

La situation chez Microsoft au sujet des tablettes est, au mieux, assez floue. Régulièrement accusée de n’opposer aucune résistance sérieuse à l’iPad, la firme a pourtant des projets, mais davantage basés sur le moyen à long terme. Dans l’immédiat, il n’existe que Windows 7, et éventuellement Windows Phone 7 si Microsoft se décide à le mettre plus en avant comme une solution fiable pour les ardoises (la prise en charge des hautes résolutions serait le principal problème).

 

Dans ce contexte, voilà que le magazine économique Bloomberg déclare que Microsoft va annoncer une version très spécifique de Windows durant le CES : elle serait destinée aux architectures ARM. La source est restée anonyme, et l’on ne sait même pas si elle est interne à Microsoft. L’information n’a, techniquement, rien de réellement surprenant : Windows Embedded Compact par exemple fonctionne déjà avec les puces ARM. Mais de quel Windows parle-t-on exactement ?

 

C’est ici qu’entre en piste le Wall Street Journal, qui va encore plus loin que Bloomberg en indiquant qu’un nouveau Windows pour les tablettes arrivera dans deux ans. Or, nous serons en 2012, année présumée de la sortie de Windows 8. Si ce dernier doit réellement pouvoir gérer les tablettes, cela signifie que nous aurons dans deux ans au plus tard l’unification de la plateforme que Microsoft cherche à mettre en place depuis longtemps. Dans l’absolu, rien n’empêcherait l’éditeur de créer une déclinaison pour les smartphones, pour ses consoles, etc.

Techniquement, tout est possible...

 

Le travail que Microsoft réalise depuis Vista sur la modularisation de son système mène nécessairement quelque part : avec Windows 7, les développeurs ont créé MinWin, qui se trouve être justement une première base autonome se suffisant à elle-même, comme un plus petit dénominateur commun. À travers une interview de Bernard Ourghanlian, directeur technique de Microsoft et datant de 2009, on avait appris également que ce travail d’élagage allait continuer jusqu’à obtenir une base minimale qui ne contiendrait que le cœur du système. Internet Explorer en serait ainsi exclu par exemple.

 

Imaginons maintenant que Microsoft ait placé cette base minimale au sein de plusieurs projets, au point d’en faire la première fondation de tout le reste. L’éditeur disposerait alors d’une base technique cohérente de machines connectées, l’ordinateur ne devenant lui-même qu’un nœud dans le maillage. Pour chaque type de machine, le contenu du reste serait différent. Mais Redmond possède également des technologies qui sont actuellement poussées en avant comme un tronc commun pour les développeurs, et en premier lieu .NET et Silverlight.

 

Les applications qui sont développées en utilisant ces API ne sont pas compilées pour une plateforme matérielle particulière, mais pour des runtimes. Techniquement, à versions d’un runtime égales, une application .NET s’exécutera de la même manière sur plusieurs systèmes. Même la version de Windows revêt moins d’importance. Une base unique, un environnement de développement cohérent : Microsoft a de quoi se simplifier la vie.

... mais ce ne pourrait être que l'annonce d'Embedded Compact 7

 

Mary-Jo Foley, de son côté, rappelle que la sortie de Windows Embedded Compact 7 est prévue pour le premier trimestre 2011 et qu’il pourrait s’agir simplement de ça. Si tel est le système mis en avant par Microsoft pour les tablettes, la situation ne gagnera pas spécialement en clarté : on aura Windows 7 d’un côté, sur les PC et sur certaines tablettes, Windows Phone 7 de l’autre sur les smartphones, et Embedded Compact 7 au milieu, et dont l’environnement de développement reste à définir.

 

Le Wall Street Journal met en tout cas l’accent sur le support des puces ARM, et l’entorse que cela suppose à la relation avec Intel. Si les constructeurs ont le choix, ne vont-ils pas préférer en effet des puces dont le rapport performances/consommation est meilleur ? Le Journal précise en outre que d’après deux personnes proches de Microsoft, les plans pour un Windows modulaire sur architecture ARM étaient depuis longtemps sur la table.

 

S’il ne doit pas y avoir de Windows commun à plusieurs supports avant la version 8, Microsoft ressent sans doute le besoin de combler le vide sans faire appel à Windows Phone 7, que la société juge inadapté en l’état pour les tablettes. Embedded Compact 7 pourrait être ce moyen, mais l’éditeur aurait alors besoin de capitaliser sur les technologies existantes (notamment .NET et Silverlight) au risque… de ne pas intéresser les développeurs tiers.

 

Steve Ballmer doit tenir sa conférence le 5 janvier, et il ne reste donc que deux semaines pour être fixé sur les plans de Microsoft pour les tablettes.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !