Atos Origin se rapproche de Siemens et recrutera massivement

Le géant français Atos Origin a frappé fort hier en annonçant le rachat de la division Siemens IT Solutions and Services (SIS) pour 850 millions d’euros « afin de créer un leader européen des services informatiques ». L’effectif d’Atos passera ainsi de 48 000 salariés environ à 78 500, dont un peu plus de 60 000 ingénieurs.

Atos Origin logoLe rapprochement entre Atos et Siemens ne s’arrête cependant pas là. Tout d’abord, l’Allemand « deviendra pour une durée d’au moins cinq ans un actionnaire industriel d’Atos Origin et détiendra 15% du capital » précise un communiqué du groupe. De plus, Siemens a signé un contrat de 5,5 milliards d’euros sur 7 ans afin qu’Atos assure l’infogérance et l’intégration de systèmes de son client.

« Le nouvel ensemble formera la plus grande plateforme d’infogérance en Europe et bénéficiera d’un positionnement unique pour développer les offres de Cloud Computing, d’intégration de systèmes ERP, énergie et PLM, et accélérera le développement de ses activités de services électroniques et de paiements. »

Côté finance

Atos Origin prévoit d’atteindre un chiffre d’affaires compris entre 9 et 10 milliards d’euros d’ici 2013, contre près de 5 milliards d’euros cette année à lui seul (et 8,7 milliards après acquisition). Des chiffres qui permettraient à Atos de se rapprocher voire de surpasser un certain Capgemini.

Côté emploi

En proie à des difficultés, SiS, la division de Siemens, subira le départ de 1750 employés. Mais de nombreux recrutements seront réalisés dans un futur proche. 8000 personnes dans le monde intègreront le nouveau groupe en 2011 a ainsi déclaré ce matin sur Europe 1 Thierry Breton, le patron d’Atos Origin. La France ne sera pas en reste avec 1600 recrutements la même année.

Licencier et à la fois recruter massivement n’est cependant pas une nouveauté pour Atos. Ainsi, lors du troisième trimestre 2010, la société voyait son effectif total légèrement diminuer (de 48 188 salariés à 47 654) alors que 1700 ingénieurs ont été recrutés lors de la même période.

Ne reste maintenant plus qu’à fusionner avec Capgemini et la France aura un géant mondial. Mais ce n’est pas d’actualité.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !