WikiLeaks : une épidémie de sites miroirs à travers le monde

L'attaque des clones 101
Marc Rees
Éric Besson a donc saisi ses services pour déterminer le moyen juridique de bloquer Wikileaks chez les hébergeurs français. La mesure va prendre plusieurs jours, entre l’étude de cas et le passage à l’acte devant un juge. Il faudra ensuite compter plusieurs heures pour sa mise en application chez les hébergeurs éventuellement astreints au blocage (voir l'angle juridique).

wikileaks cablegate site mirroir torrent

Le temps juridique n’est pas le temps technique

Mais comme à chaque fois, le web mondial n’a pas attendu les réactions françaises ou étrangères pour déployer des contre-mesures à tour de bras.

Par effet démultiplicateur, des dizaines de sites miroirs fleurissent un peu partout rendant totalement ridicules ces mesures de blocage ou de filtrage. Au mieux, elles seront symboliques, au pire, dangereuses au regard des risques d’effets de bord si des technologies de filtrage sont imposées. 

Une simple requête dans un moteur

Pour accéder à ces listes, rien de plus simple. On peut déjà télécharger l’intégralité du site en un seul fichier…  Une requête sur un moteur comme Google, « List of WikiLeaks.org mirrors », suffit à se voir proposer quantité de liens. Le blogueur Bluetouff en a dressé une compilation importante (tous ne sont pas accessibles).

Hoper, un lecteur nous signale « à quel point la mise en place d'un miroir est aisée. Il suffit de remplir ce formulaire: http://213.251.145.96/mass-mirror.html Et l'un des sites wikileaks se chargera de vous envoyer les données. Cela a dû me prendre 10 minutes maximum pour en avoir une copie. Disponible ici : http://wikileaks.hoper.dnsalias.net) Miroir qui n'est donc pas encore référencé dans les listes. (Comme combien d'autres ?) »

Dans la liste, on notera par exemple, http://mirror.wikileaks.info ou l’hébergement en France du site sous l’aile de FDN (http://wikileaks.fdn.fr/) ou le bien nommé http://wikileaks.cretin.us.