Free mobile lancé début 2012 : une « offre simple, au juste prix »

Lors de l’interview aux Échos, Xavier Niel a fourni les dernières informations autour de la quatrième licence mobile. Le service de Free mobile sera lancé dès le début 2012. « Nous avons déjà 500 emplacements confirmés pour les antennes et nous avons signé un accord avec TDF pour plus d'un millier supplémentaire. Les discussions concernant les partages de sites avec les opérateurs se passent bien. Nous respecterons les obligations de couverture, c'est-à-dire 27 % de la population en janvier 2012 ».

Une éventuelle procédure pour faire plier les concurrents sur la 3G

Selon les chiffres fournis par le numéro un d’Iliad, 150 salariés travaillent sur ce projet, à Paris et Montpellier.  1500 personnes travaillent chez une dizaine de sous-traitants. Seul hic : l’itinérance 3G. Si Orange, SFR et Bouygues Telecom ont fait des offres pour un accord d'itinérance 2G, pour la 3G « les trois opérateurs mobiles en place ont refusé de discuter de ce sujet. C'est pourtant l'assurance pour celui qui signera avec nous de compenser financièrement notre arrivée. C'est un contrat de plusieurs centaines de millions d'euros. Nous nous donnons jusqu'à la fin de l'année pour convaincre un opérateur. Aujourd'hui, il nous est impossible de reproduire leurs offres « quadruple play ». En cas de refus de nous accorder l'itinérance 3G, nous n'aurons d'autre choix qu'une procédure contentieuse ».

"Nous sommes condamnés à réussir"

Free réitère ses promesses de diviser par deux la facture d’un foyer. Comment ? « Nous appliquerons les recettes de l'ADSL : nous ne serons pas un opérateur low cost, mais nous aurons une structure de coût intelligente. Nous nous différencierons par l'innovation, en construisant un réseau tout IP, en intégrant à terme des capacités mobiles dans la Freebox (Femtocell), en rajoutant des équipements de réseau que nous concevons, afin de rationaliser le coût de construction et minimiser les frais d'exploitation. Et nous économiserons en marketing ». Xavier Niel l’affirme : « Si nous ne révolutionnons pas le marché du mobile, ça ne marchera pas. L'équipe fondatrice de Free souhaite faire du mobile uniquement pour bouleverser ce secteur, comme elle l'a fait dans les télécommunications fixes. Nous n'avons pas le droit de décevoir, nous sommes condamnés à réussir ».

Une offre simple, au juste prix

Le patron d’Iliad promet ainsi « une offre simple », « au juste prix » alors que « tous les opérateurs en place gèrent des centaines d'offres différentes ! » « Aujourd'hui, la multiplication d'offres sans réelles distinctions chez les opérateurs mobiles a pour unique but de maximiser le profit de ces entreprises au détriment de leurs clients ». L’ambition est d’arriver à conquérir la même part que dans le triple play, « à savoir près de 25 % ». Et financièrement, « qu'Iliad atteigne un chiffre d'affaires de 4 milliards d'euros d'ici à 2015, soit un doublement ».

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !