« Hadopi, une loi très très gentille » selon Eddy Mitchell

Pas d'hadopi. Pas de boogie woogie. 328
Marc Rees
Interrogé par le Parisien, le chanteur Eddy Mitchell estime que les fichiers numériques ont définitivement remplacé le CD. « C’est la mort d’une industrie. Hormis les têtes couronnées, les productions de disques sont très pauvres. Ça se fait dans la cave, avec deux guitares, un synthé. Il n’y a plus de moyens. Internet a tué tout le monde », constate celui-ci. « Internet la source de tous nos problèmes » relatait également Enrico Macias, traduisant chez certains artistes une vision très particulière de cet univers-là.

Cependant, "Schmoll" estime les maisons de disques responsables de cette tuerie : « Les maisons de disques sont responsables parce qu’elles ont laissé faire, pensant qu’on continuerait à vendre du CD tout en faisant du fichier. Maintenant, le piratage est dans les mœurs. Vous ne pouvez pas en vouloir aux gens parce que ce ne sont pas eux qui ont inventé le système, la machine ».

"On se croirait à la maternelle"

Sur Hadopi, les critiques sont nettement plus tendres, voire fleuries : cette loi « est très, très gentille. On se croirait à la maternelle. « Alors monsieur, vous avez copié, vous avez piraté. On vous envoie une lettre. C’est pas beau, faites attention. » Au bout de trois lettres : « Attention, vous risquez une amende. » Ils s’en foutent. On ne va pas fusiller les gens parce qu’ils piratent, mais il y a quand même une juste mesure ».

Il faut peut-être se souvenir que la loi frappe déjà jusqu’à 300 000 euros d’amende et 3 ans de prison celui qui met à disposition un fichier, et qu’Hadopi sanctionne au surplus l’abonné qui n’a pas su prévenir cet acte illicite.

Eddy Mitchell avait été l'un des signataires de l'appel des 52 artistes(*), lancé en juin 2008. «De bonnes âmes essaient de faire croire que la liberté de tout faire, donc de faire tout et n'importe quoi sur Internet est un droit de l'homme que rien ne saurait contrarier sauf à tomber dans une forme de dictature préhistorique. Eh bien non ! » disait « l’appel des 52 ». À l’époque, le texte n’avait pas encore été censuré par le Conseil constitutionnel. Il reposait  donc sur une présomption de culpabilité contre l’abonné qui risquait au surplus, non un mois et 1500 € comme aujourd'hui, mais un an de coupure d'accès.

Eddy Mitchell, 69 ans, démarre la semaine prochaine sa dernière tournée.

(*) Étienne Daho, Christophe Maé, Kery James, Sinik, Francis Cabrel, Patrick Bruel, Jean-Jacques Goldman, Jenifer, Stanislas, Raphaël, M Pokora, Keren Ann, Thomas Dutronc, Eddy Mitchell, Isabelle Boulay, Maxime Le Forestier, Martin Solveig, Marc Lavoine, Calogero, Gérard Darmon, Pascal Obispo, Jacob Devarrieux, Elie Seimoun, Alain Bashung, Bernard Lavilliers, Rachid Taha, Bob Sinclar, Psy4delarime, Abd Al Malik, Anis, André Manoukian, Charles Aznavour, Alain Souchon, Mademoiselle K, Soprano, Arthur H, BB Brunes, Liane Foly, Emmanuelle Seigner, Ridan, Renan Luce, Zita Swoon, Johnny Hallyday, Empyr, Kenza Farah, Shine, Camaro, Diam's, Renaud, Romane Cerda, Cali et la Grande Sophie.