SFR avertit ses abonnés, Free les prend en otage, selon l’Hadopi

Contrairement à ce qu’affirmait SFR sur l’antenne de France Inter, SFR a bien transmis les emails d’avertissement au nom de l’Hadopi. L’information a été validée par la Hadopi elle-même dans les colonnes de la Tribune.

Free ne respecte pas la loi

La Hadopi fustige par ailleurs Free, qui refuse de transmettre les emails d’avertissement via la plateforme dédiée. A ses yeux, c’est ainsi le plus mauvais des élèves du groupe. Et pas qu’un peu : « Free revendique le respect de la loi. Or, il ne la respecte pas » estime la Haute autorité pour qui « l'envoi des mails est une disposition légale »

Quand Free évoque « le principe d'un conventionnement » resté en souffrance, la Rue du Textel gifle : « Cette convention n'existe pas », et donc Free aurait l’obligation de jouer au facteur pour porter les avertissements à ses abonnés soupçonnés de mauvaise sécurisation.

"Free prend en otage ses abonnés"

Pour Hadopi, qui puise dans le vocabulaire entendu en période de grève, Free « prend en otage ses abonnés ». L’abonné qui aurait dû être averti passera directement à la deuxième phase de la réponse graduée s’il est à nouveau flashé. Il recevra une la lettre recommandée sans avoir été en mesure mettre en place l’un des fameux moyens de sécurisation, dont même le site d’Hadopi est incapable de nous dire ce qu’ils sont exactement.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !