OpenOffice devient LibreOffice, création de Document Foundation

OpenOffice, la suite bureautique libre et gratuite, a connu plusieurs passations de pouvoirs. Il y a d’abord le chapeautage de Sun puis, beaucoup plus récemment, le rachat de Sun par Oracle. Bien sûr, la gestion de la suite est passée entre les mains d’Oracle, et la communauté est depuis assez mécontente de l’avancée des évènements. Du coup, une scission vient d’avoir lieu.

libreoffice

Une partie des développeurs d’OpenOffice, lassée de la gestion de la suite, a décidé de créer un fork, littéralement une fourche, c’est-à-dire une direction différente. La chose est courante dans le monde de l’open source : puisque le code peut être réutilisé sans réellement de limites, des développeurs peuvent choisir de prendre la base existante et de lui imprimer une marque différente. C’est le cas ici, et le nouveau projet ainsi créé se nomme LibreOffice.

LibreOffice existe déjà bel et bien, puisque l’on peut en télécharger une version bêta depuis son site officiel. Mais la création de ce projet s’est surtout accompagnée de la mise en place d’une structure dédiée à sa gestion : la Document Foundation. Charles Schulz, membre du comité directeur de cette fondation, a indiqué à nos confrères de 01net : « Cette fondation était en germe depuis l'origine. Il était temps de tourner la page, de devenir adultes. Nous avions l'impression d'être devenus un problème et non plus une solution ». Une conclusion dure, mais qui résume bien le climat de la communauté OpenOffice.org.

LibreOffice est devenu du coup un projet entièrement libre qui n’est plus soumis au contrôle d’une multinationale. Sa destinée est gérée par la Document Foundation, mais les développeurs ont demandé à Oracle de pouvoir récupérer le nom OpenOffice. La réponse de la firme se fait toujours attendre.

On peut donc télécharger LibreOffice depuis le site la fondation. Puisqu’il s’agit d’une première bêta, les développeurs s’excusent par avance des anciennes références à OpenOffice que l’on pourrait encore trouver, ou des anciennes icônes, etc.

On notera que le mouvement a été encouragé par de multiples acteurs. Ont ainsi apporté leur soutien officiel des grands noms tels que Google, Novell, Red Hat, Canonical ou encore la Free Software Foundation. En France, l’AFUL s’est distinguée en particulier avec un communiqué de presse dédié à ce support.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !