Google publie les demandes de suppression des gouvernements

Diffamation, mise en ligne illégale de contenu soumis au droit d’auteur, publication de données personnelles, les raisons d’une demande de retrait sont nombreuses. Google, qui reçoit chaque jour ces types de demandes, a ainsi eu la riche idée de créer une page résumant les requêtes des gouvernements et des tribunaux concernant ses services (Google, YouTube, Blogger, etc.). Une sorte de complément de CensorCheap, qui recense la censure du Web du monde entier à l’aide des Internautes.

Google Transparency Report Government Requests Fra

Les données de Google, via son Transparency Report, sont divisées en deux parties : une carte du monde des requêtes gouvernementales, et des graphiques sur les trafics de ses différents sites, pays par pays. Seule la première partie nous intéresse ici. 

Les informations publiées par le géant du Web sont présentées semestre par semestre. Seuls deux semestres sont pour l’instant disponibles : de juillet à décembre 2009, et de janvier à juin 2010. Les pays les plus demandeurs sont les États-Unis, le Brésil, le Royaume-Uni, l’Inde, l’Allemagne et la France.

Les données concernant l’Europe sont assez complètes, ce qui n’est pas le cas des autres continents, et plus particulièrement de l’Afrique, totalement laissée pour compte, avec aucune information, hormis la Libye.

Google précise par ailleurs plusieurs points importants sur son service :
  • les data requests sont de simples demandes d’informations, pas de suppression ou de censure
  • les removal requests, très minoritaires, sont bien par contre des demandes de suppression de données
  • il peut y avoir plusieurs demandes pour un même contenu (ce qui fausse les statistiques).
  • les pays ayant un trop faible nombre de requêtes ne sont pas intégrés (d’où l’absence de nombreux pays).
  • la Chine a demandé un secret absolu sur ce type de données (voir capture ci-dessous).
  • les requêtes réalisées par un formulaire sur les sites de Google ne sont pas comptabilisées. Plutôt utilisés par des particuliers, les formulaires peuvent aussi très bien avoir été exploités par des gouvernements.
Google Transparency Report Government Requests China

Lire tous les détails est donc capital. Prenons par exemple le cas de la France et de l’Allemagne entre janvier et juin 2010. 

Google Transparency Report Government Requests France court Google Transparency Report Government Requests Allemagne court

Avec 1017 « data requests », la France devance largement son voisin d’outre-Rhin et ses 668 demandes d’informations. Ce n’est par contre pas du tout le cas des demandes de suppressions (« removal requests »). Avec 124 demandes pour 1407 sujets, l’Allemagne écrase donc la France et ses 25 petites demandes et 36 « items ».

Google explique néanmoins cette situation pour l’Allemagne, ainsi que le Brésil et la Corée du Sud :
  • L’Allemagne a réalisé de nombreuses demandes de retraits liées à de la diffamation, à des contenus pro-nazis et niant l’Holocauste (11 % des demandes fin 2009), et des contenus allant à l’encontre de la loi de la protection de la jeunesse.
  • Le Brésil (2435 data requests, 398 removal requests et 19806 items (!)) a principalement concentré ses demandes sur Picasa (18318 items, des pages de livres non libres de droit) et le réseau social Orkut (319 removal requests, principalement des diffamations).
  • La Corée du Sud (8549 items, pour 38 removal requests et 170 data requests) a pour sa part demandé un retrait massif de résultats de recherches menant vers des URL affichant des numéros de sécurité sociale.
Chaque pays a donc ses propres demandes. Certaines peuvent être jugées comme légitimes. D’autres non. Quelques pays se sont ainsi spécialisés dans la demande de retrait de vidéos sur YouTube. C’est notamment le cas de la Libye (1160 demandes rien qu’au premier semestre 2010).

Voici le classement des pays pour les demandes d’informations (data requests) au premier semestre 2010 :
  1. USA : 4287
  2. Brésil : 2435
  3. Inde : 1430
  4. Royaume-Uni : 1343
  5. France : 1017
  6. Allemagne : 698
  7. Italie : 651
  8. Espagne : 372
  9. Australie : 200
  10. Corée du Sud : 170
  11. Argentine : 134
  12. Taiwan : 130
  13. Chili : 115
  14. Singapour : 106
  15. Portugal : 73
  16. Belgique : 71
  17. Japon : 56
  18. Turquie : 51
  19. Hong-Kong : 50
  20. Suisse : 35
  21. Israël : 30
Ici, hormis la Chine qui n’a pas souhaité divulguer ses données, le top du classement en principalement représenté par les pays les plus peuplés, développés et connectés du monde. Les deux classements ci-dessous montrent par contre un autre visage.

Google Transparency Report Government Requests Brasil

Le classement des pays pour le nombre d’items au premier semestre 2010 :
  1. Brésil : 19806
  2. Corée du Sud : 8549
  3. Italie : 1655
  4. Allemagne : 1407
  5. Libye : 1177
  6. USA : 678
  7. Australie : 639
  8. Royaume-Uni : 232
  9. Autriche : 143
  10. Argentine : 134
  11. Inde : 125
  12. Chili : 115
  13. Turquie : 81
  14. France : 36
  15. Suisse : 33
  16. Japon : 31
  17. Espagne : 18
  18. Israël : 15
  19. Taiwan : 12
Le Brésil se fait à nouveau remarquer, et pas de la plus petite des façons, tout comme la Corée du Sud. Les USA ne sont « que » sixième dans ce classement. Quant à la France, elle est loin derrière.

Le classement des pays pour le nombre de suppressions de données (removal requests) au premier semestre 2010 :
  1. Brésil : 398
  2. Libye : 149
  3. Argentine : 134
  4. USA : 128
  5. Allemagne : 124
  6. Chili : 115
  7. Italie : 69
  8. Royaume-Uni : 48
  9. Corée du Sud : 38
  10. Inde : 30
  11. France : 25
  12. Espagne : 16
  13. Australie : 14
  14. Argentine : 12
  15. Taiwan : 11
  16. Japon : 7
  17. Suisse : 5
  18. Turquie : 5
  19. Israël : 4
  20. Autriche : 2
La France et l’Inde sont cette fois encore loin derrière, alors que le Brésil sort encore du lot, tout comme la Libye et l’Argentine. Et les États-Unis sont à nouveau devancés.

Note : tous les pays n'ont pas les trois types de données listées ci-dessus. Cela explique pourquoi certains pays n'apparaissent pas dans un ou deux classements (Hong-Kong et Singapour par exemple).

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !