Rentrée 2.0 : une seconde vie pour les vieux PC professionnels

Objectif : 1000 machines 96
Marc Rees
L’initiative « Rentrée 2.0 » est inaugurée ce matin par Nathalie Kosciusko-Morizet et l’association Renaissance Numérique, think tank lancé en 2005.

Le principe ? Lancer un appel aux entreprises et aux administrations publiques pour équiper sur toute l’Île-de-France des écoliers défavorisés et leurs familles en matériel informatique. Rentrée 2.0 veut en effet inciter les acteurs économiques et administratifs à la pratique du reconditionnement et du don d'ordinateurs. Une opération qui s'inscrit dans le cadre du volet numérique du plan de relance. 

« Le reconditionnement consiste à récupérer les ordinateurs des entreprises ou des administrations et à les faire nettoyer, tester et réassembler par une main d'oeuvre en situation de réinsertion sociale ou professionnelle » précise NKM. Les machines ainsi traitées sont ensuite données ou vendues à un prix modeste aux bénéficiaires. On souligne les multiples intérêts de cette démarche : vertus sociales ("l’égalité des chances numérique"), économiques et évidemment écologiques. En pratique, une entreprise qui souhaite se séparer de son matériel doit simplement contacter un organisme agréé « Ordi 2.0 » (voir notre actualité et la liste des reconditionneurs)

rentrée 2.0

L'association Renaissance Numérique a déjà récolté plusieurs centaines d’ordinateurs grâce à ses partenaires donateurs, elle vise maintenant 1000 machines d'ici la fin de l’année. Rentrée 2.0 est le site qui épaule ce projet. « Il sera complété dans les semaines à venir par une plateforme consacrée au reconditionnement en île de France : les donateurs, les reconditionneurs et les bénéficiaires auront ainsi à leur disposition un lieu d’information et d’échange. »

L’opération est soutenue par plusieurs grands acteurs comme la RATP, Microsoft, la Délégation aux Usages de l'Internet, PagesJaunes, Capgemini, Havas Media, Sanofi-Aventis, Randstad, ANOVO et Télécom SudParis, Syntec Informatique et le Cigref.…On trouve également parmi les fondateurs les Ateliers sans Frontières, les Ateliers du Bocage et la Maison des services à la personne.