Téléphones portables : Nokia voit ses parts de marché reculer

Alors que nous avons vu hier que TomTom arrivait à résister à la concurrence des services GPS gratuits des Androphones et des appareils de Nokia, ce dernier a publié ses résultats trimestriels à son tour. Le leader mondial du marché des téléphones portables arrive-t-il à résister face à la concurrence des autres smartphones et des téléphones à bas prix des Samsung, LG et consorts ? À en croire ses derniers résultats, on serait tenté de répondre, plus ou moins.

Une baisse importante des bénéfices

nokia communicator mobileSi son chiffre d’affaires est stable (+1 %) et affiche 10 milliards d’euros, son bénéfice d’exploitation a surtout fortement reculé (-31 %), passant de 427 à 295 millions d’euros en seulement un an. La faute à une baisse des marges brutes, qui sont passées de 34 % il y a un an à 30,2 % lors du dernier trimestre, dans son secteur Devices & Services.

Du côté de son chiffre d’affaires, Nokia précise justement que sa division Devices & Services, qui concerne donc principalement ses téléphones et ses services associés, a vu son chiffre d’affaires augmenter de 3 %. Mais Nokia Siemens Networks, qui lui s’occupe des réseaux, a vu son chiffre d’affaires reculer de 5 % sur la même période. Et encore, Nokia a semble-t-il profité des variations monétaires, puisqu’en monnaie constante, il annonce qu’il afficherait des résultats bien inférieurs (-2 % pour ses téléphones et -11 % pour NSN).

Ces médiocres résultats n’apaiseront en tout cas pas les rumeurs laissant entendre que Olli-Pekka Kallasvuo, le patron historique de Nokia, pourrait être remplacé d’ici peu…

Géographiquement, Nokia est évidemment très présent en Europe, avec 2,173 milliards d’euros de chiffre d’affaires (+1 %) uniquement pour son secteur Devices & Services. Mais l’Asie est déjà le continent n°1 pour Nokia, avec 1,543 milliard d’euros (-2 %) en Asie-Pacifique, et 1,373 milliard d’euros en Great China (+21 %). Et ce sans compter que Nokia fusionne l’Afrique et le Moyen-Orient, où Nokia a tout de même généré 934 millions d’euros (-10 %). Quant à l’Amérique du Nord, Nokia y est « ridicule », avec 223 millions d’euros générés (-16 %), bien loin de l’Amérique Latine (553 millions d‘euros, +31 %).

Les smartphones surpassent (en valeur) les téléphones basiques

Nokia détaille légèrement ses ventes et précise que les smartphones ont rapporté un peu plus que les téléphones classiques : 3,429 milliards d’euros (+12 %) contre 3,369 milliards d’euros (-4 %) pour les téléphones non évolués. La situation était inverse il y a un an.

Mais Nokia perd des parts de marché

Au final, Nokia a écoulé 111,1 millions de téléphones lors de ce deuxième trimestre 2010 (+8 % en volume). Selon ses propres prévisions, Nokia a donc perdu du terrain sur ses concurrents, puisque d’après lui, le marché a représenté sur cette période 338 millions de portables, en hausse de 14 % sur un an. La part de marché de Nokia, tous appareils confondus, serait donc de 32,8 %, contre 35 % en 2009.

Nokia ventes telephones continents Q2 2010
Les ventes de téléphones Nokia (en quantité) selon les zones géographiques.
Les résultats en Amérique du Nord sont incroyablement faibles.

Et si l’on se concentre uniquement sur les smartphones, toujours selon Nokia, 59 millions ont trouvé preneur lors du deuxième trimestre 2010 tous constructeurs confondus. Nokia a pour sa part écoulé 24 millions de smartphones sur la période, ce qui lui permet d’afficher une part de marché de 41 %. Un pourcentage stable sur un an. Finalement, même si Apple et les Androphones se vendent comme des petits pains, le géant Nokia reste toujours aussi puissant dans ce secteur. Tout du moins dans le monde. Aux États-Unis, la chanson n’est pas la même, tout comme en France. Mais les USA et la France ne sont pas le monde.

Notez que le prix de vente moyen des téléphones de Nokia est de 61 euros (-4 % en un an, -1 % en trois mois). Il convient néanmoins de préciser que les téléphones basiques ne sont vendus qu’à 39 euros en moyenne (-5 % en un an, pas de variation en trois mois), alors que les smartphones sont vendus à 143 euros en moyenne (-21 % en un an, -8 % en trois mois). La concurrence dans ce secteur est donc rude et oblige le constructeur à réduire ses prix s’il veut rester compétitif. 

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !