De drôles d'artistes français soutiennent un rapport pro ACTA

Rapide charge 275
Marc Rees
Tous les moyens d’influence sont visiblement bons pour faire pencher les eurodéputés du bon côté. Dans une lettre adressée voilà peu aux parlementaires européens, des artistes de renom demandent à ces politiques de promouvoir les richesses européennes et « la diversité de la culture ». Comment ?  En adoptant au plus vite le rapport sur le renforcement de l'application des droits de propriété intellectuelle, dit Rapport Gallo. Du moins dans sa version pure et dure, celle approuvée par la Commission des affaires juridiques du Parlement, le 1er juin dernier.

lettre artistes pro acta rapport gallo

La lettre affirme que ce rapport va avoir des effets très bénéfiques pour le PIB et l'emploi dans l’Union (voir cependant cette actualité). « Le rapport identifie aussi avec précision les menaces pensant sur notre patrimoine culturel si rien n’est fait pour protéger la propriété intellectuelle sur laquelle reposent nos créations, et propose des solutions ». Un vote favorable des eurodéputés serait ainsi le signe d’un avenir meilleur et « un signal fort que le talent européen doit être protégé ». 

Les artistes signataires apparents « font [ainsi] appel aux membres du Parlement européen pour défendre nos droits et soutenir [ce rapport]. » La lettre s’achève par la liste des signataires, en fait des artistes de toutes les couleurs européennes. On y trouve des Italiens (comme Zucchero, Andrea Bocelli, Eros Ramazzoti, Laura Pausini), des Allemands (comme Tokio Hotel), des Belges (Axel Red, etc.), des Grecs (Nana Mouskouri), des Anglais (Craig David, etc.), mais également un Américain (!) avec Stevie Wonder. On trouve aussi toute une brochette d’artistes français, que nous reproduisons ici : 
  • Yannick Noah (France)
  • Françoise Hardy (France)
  • Keren Ann (France)
  • Roch Voisine (France) (!)
  • Natasha St Pier (France) (!)
  • Serge Lama (France)
  • Solal (France)
  • BB Brunes (France)
  • Michel Sardou (France)
  • Thomas Dutronc (France)
  • Arielle Dombasle (France)
  • Julie Zenatti (France)
  • Idir (France)
  • Zazie (France)
  • Jérémie Kisling (France)
  • Archimède (France)
  • Amandine Bourgeois (France)
  • Lola Beris -Vox Angeli (France)
  • Shy’m (France)
  • William Baldé (France)
  • Maeva Méline (France)
  • Melissa Mars (France)
  • Ours (France)
  • Doremus and Doremus (France)
  • Jacques Dutronc (France)
Certains de ces noms ne surprendront pas (Thomas Dutronc « je trouve que cette loi [NDLR : Hadopi] est vraiment très bien adaptée », lors d’un colloque orchestré par Jean François Copé v.1.0).


D’autres jettent un sérieux trouble sur la sincérité des propos. On pense évidemment à Michel Sardou. Cet artiste qui signe chez Universal Music avait exposé à l’antenne de RTL, son approche philosophique du partage en ligne : « Je suis un pirate […] faut pas m’faire chier ! ». L'artiste avouait ainsi son penchant pour le téléchargement de film, ici Iron Man 2.

michel sardou je suis un pirate
Ecouter l'extrait audio à la 43e minute
 
Ce n’est pas la première fois que de tels contrastes apparaissent. En 2009, déjà, la pétition des « 10 000 personnalités » pour le projet de loi HADOPI contenait son lot de bugs. « Contrairement à ce qui est annoncé sur certains sites (j'aimelesartistes) soutenant la loi Hadopi, Nicola Sirkis et Indochine ne soutiennent en rien cette loi et n'ont signé aucune pétition la défendant. La position du groupe et de Nicola a toujours été très claire sur ce sujet » avait exprimé le groupe, tout surpris de se retrouver parmi les partisans d’une politique pénale de masse. Plus tard, d’autres couacs pourrissaient l’initiative, couacs que la Quadrature du Net avait analysé sur une page spéciale.