Résultats historiques : Intel France répond à nos questions

Après un excellent deuxième trimestre 2010, où Intel a tout bonnement établi le meilleur trimestre financier de toute son histoire, nous avons interrogé Stéphane Nègre, président d’Intel France (sans rapport avec Pascal Nègre), afin de faire le point sur Intel. Certains aspects financiers ont été abordés, ainsi que d’autres aspects plus techniques.

Stephane Negre Intel France

Une surprise

Stéphane Nègre nous a tout d’abord annoncé qu’il ne « s’attendait pas à un tel record, là où normalement la saisonnalité du secteur se veut moindre au 2e trimestre qu’au 1er trimestre et au 4e trimestre (historiquement le plus important, ndlr) ».

Les ventes sont effectivement plutôt molles en cette période, et si certaines jeunes sociétés peuvent afficher des records, pour une société comme Intel vieille de 42 ans, qui n’a de plus fait aucune sortie majeure, afficher un tel résultat est une excellente surprise.

Les deux prochains trimestres afficheront, sauf surprise et pépin, eux aussi de nouveaux records financiers, c’est une quasi-certitude. Intel a en effet annoncé une stabilité de sa marge brute, alors que son chiffre d’affaires devrait augmenter…

Comment expliquer un tel record ?

Pour le PDG d’Intel France, il y a une explication principale : le marché professionnel. Ce dernier a en effet renouvelé son parc informatique massivement. Certaines sociétés, crise oblige, ont ainsi reporté en 2010 leur renouvellement qu’ils auraient dû mettre en place en 2009. Il y a eu de plus de nouveaux investissements d’infrastructure (pas des renouvellements), « qui a porté la gamme de produit serveur » nous a assuré Stéphane Nègre. Les besoins en data centers, pour du cloud computing, ou encore pour accroître le secteur Recherche et Développement, ont été très importants lors de ce deuxième trimestre.

Il y a donc eu des ventes importantes en quantité, mais aussi en qualité, puisque nous parlons ici de produits haut de gamme. Or ces produits permettent à Intel de dégager des marges importantes (Intel a annoncé une marge brute record de 67 %). La combinaison des deux (fortes ventes et montée en gamme) a ainsi permis au créateur du Pentium d’établir un trimestre financier record. Tout simplement.

Stéphane Nègre note que ces ventes dans le secteur professionnel ont été motivées par un retour sur investissement très important pour ses clients, ne serait-ce qu’en matière de consommation. « Remplacer une baie 2006 par une baie 2010 revient à puissance égale à 94 % de réduction de consommation électrique » a-t-il ainsi argumenté. Un argument qui parle de lui-même.

Intel R&D Days Californie

Et l’emploi ?

Interrogé sur les légères variations du nombre total d’employés d’Intel en un an, Stéphane Nègre a précisé qu’Intel comptait recruter 1 000 personnes en 2010 (soit 81 000 employés en tout), et que 400 avaient déjà été recrutés en ce début d’année.

Des recrutements massifs ne sont donc pas à prévoir. Intel recrutera à un rythme normal, après avoir licencié quelques personnes l’année dernière.

« L’argent (dégagé par ces excellents résultats, ndlr) sera surtout investi en Recherche et Développement. 6,6 milliards de dollars seront dépensés dans ce secteur en 2010 » a-t-il rappelé, et des investissements importants dans des usines sont à prévoir.

Du côté de la France, si Intel comptait une centaine d’employés début 2009, ce nombre a fortement augmenté ces derniers temps grâce à la reprise d’une partie de Freescale (à Toulouse principalement) et au rachat de Wind River, qui était aussi présent en France. Intel compte ainsi aujourd’hui 250 employés en France, en sus de 30 à 40 prestataires.

Selon Stéphane Nègre, Intel France continuera à recruter, mais à l’instar des recrutements dans le monde, ils se feront à un rythme « normal ».

L’Asie Pacifique, principale cliente d’Intel ?

Nous avons aussi profité d’avoir le PDG d’Intel France au téléphone pour lui poser une question sur les sources géographiques du chiffre d’affaires d’Intel. En effet, lors de chaque publication de ses résultats financiers, le créateur de l’Atom note que plus de la moitié (57 % lors du dernier trimestre) de son chiffre d’affaires venait de l’Asie Pacifique, alors que les autres zones géographiques sont particulièrement faibles, notamment l’Europe (12 %), le Japon (11 %) et l’Amérique (20 %). Les consommateurs asiatiques seraient-ils si importants pour Intel ? Pas du tout.

« Il s’agit de la facturation à l’endroit où nos clients produisent » (et non vendent) nous a tout simplement expliqué Monsieur Nègre. Or comme chacun le sait, la production informatique se passe essentiellement en Asie (notamment en Chine et à Taiwan). Cela explique donc cette nette domination asiatique. L’Europe et l’Amérique sont par contre supérieures en termes de consommation, cela va sans dire.

Core i7 Mobile

Comment expliquer la domination d’Intel ?

Intel, et ce depuis des dizaines d’années maintenant, fournit les processeurs de plus de quatre ordinateurs sur cinq vendus dans le monde. Nous avons alors demandé au patron d’Intel France de nous expliquer cette performance incroyable. Comment Intel fait-il pour résister aussi bien à la concurrence ?

Stéphane Nègre a avancé deux arguments primordiaux. Tout d’abord, l’investissement. Les microprocesseurs, comme bien des secteurs informatiques, nécessitent de très forts investissements en continu. « Intel est la seule société mêlant production de transistors et fabrication de CPU. Cela permet d’avoir une avance technologique sur nos concurrents. »

Or grâce à cette avance technologique et des investissements conséquents, Intel est la seule société au monde à fabriquer en très fort volume des CPU en 32nm sur plusieurs sites. Et quand ses concurrents maîtriseront parfaitement le 32nm, Intel aura déjà commencé à maîtriser le 22nm.

Au début de l’année 2009, alors que la situation financière impliquait une certaine prudence, Intel a surpris bien des analystes en annonçant vouloir dépenser 7 milliards de $ d’investissement en capacité de production. Une dépense loin d’être anodine, alors que les ventes sont aujourd’hui reparties, et qu’Intel compte envahir de nouveaux marchés (smartphones, tablettes, box ADSL/fibre, télévision, etc.).

Les conséquences des conflits judiciaires d’Intel

Ces derniers temps, Intel a été attaquée par la Communauté européenne et par les États-Unis (la FTC). La première lui a infligé une très lourde amende (plus d’un milliard d’euro), tandis que la FTC est en discussion afin de régler ses litiges avec Intel.

Nous avons alors demandé à Stéphane Nègre si toutes ces histoires avaient eu des conséquences, notamment sur ses partenaires. Jugeant ces conséquences « assez nulles » pour le moment, le PDG d’Intel n’a pu réellement commenter cette situation. Il nous a tout juste rappelé qu’Intel avait lancé une procédure d’appel en Europe et qu’elle suivait son cours, alors qu’outre-Atlantique, « l’affaire est en cours de résolution avec la FTC ».

IDF09 Day 2 Moorestown

Intel n’oublie pas les tablettes et les smartphones

Largement devancé par les processeurs ARM, Intel, notamment grâce à Moorestown, compte bien rapidement le rattraper. 30 tablettes basées sur une architecture Intel ont ainsi été annoncées en début d’année, et beaucoup seront commercialisées dès cette année.

Quant aux smartphones, Nègre nous a assuré que les premiers produits basés sur un CPU Intel verront le jour en 2011. Nokia sera le premier à dégainer si tout va bien, et d’autres constructeurs devraient suivre nous a-t-on assuré. Sans les nommer…

Questionné sur ce « retard » étonnant de la part d’Intel, généralement connu pour être assez réactif sur tous les nouveaux marchés, Nègre nous a expliqué que c’était tout bêtement une question de performance. Son Atom consommait trop, beaucoup trop pour les smartphones, notamment en mode veille. Moorestown corrige ce problème.

Justement, du côté de l’Atom, Intel nous a rappelé que 40 millions de netbooks fonctionnant sous cette architecture devraient s’écouler cette année, signe d’un immense succès. Mieux encore, les télévisions Sony accompagnées de Google TV seront armées d’un Atom, et les futures box d’Orange seront elles aussi dotées de cette technologie. 

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !