IBM choisit officiellement Firefox pour ses 400 000 employés

Saint Firefox, priez pour nous 155
Vincent Hermann
Dans la guerre des navigateurs qui fait rage, Firefox ne fait plus seulement face à Internet Explorer depuis longtemps. Opera, Chrome et Safari ne cessent de s’améliorer, et les utilisateurs ont depuis ces dernières années de vraies alternatives dont la qualité ne fait qu’augmenter. Mais si le produit de Mozilla est celui qui a déclenché la bataille, il doit continuer à se maintenir en place, notamment en termes d’image. Et cela tombe bien, car IBM a choisi de l’adopter officiellement.

firefox

Une sélection logique

Chez Big Blue, le vice-président de l’open source, Bob Sutor, indique que le choix est parfaitement logique vis-à-vis des qualités du navigateur. Ainsi, la sécurité et le respect des standards sont clairement mis en avant. Il constate cependant que cela n'empêche pas certains autres butineurs concurrents d’être plus rapides ou d’avoir des fonctionnalités plus modernes.

L’un des points les plus importants pour IBM est que Firefox est disponible aussi bien sur Windows que sur Linux et Mac OS X. Cela permet donc aux employés aux machines multiples d’utiliser un même produit sur la totalité des postes, un critère qui semble réellement important pour la firme. Et des employés, il y en a ! Sutor précise qu’environ 400 000 personnes travaillent pour le géant de l’informatique à travers le monde.

Cela va donc entraîner une vague de migrations pour l’ensemble de la masse salariale. Toutes les nouvelles machines qui seront fournies embarqueront Firefox, et toutes les machines déjà en place devront l’installer. Il y aura forcément une phase d’adaptation, puisque beaucoup devront changer leurs habitudes. Mais Firefox revêt une importance stratégique qui va plus loin que la simple utilisation du navigateur en interne.

Un choix stratégique

En effet, le navigateur va devenir le point de référence d’IBM pour ses développements de produits en rapport avec le Web. Les développeurs de la firme auront désormais comme consigne de vérifier en priorité la compatibilité et le fonctionnement des applications et services Web sur Firefox avant les autres navigateurs. Ce qui signifie que le navigateur de Mozilla sera probablement recommandé avec les produits de la firme, ce qui ne peut que profiter à Mozilla.

Bob Sutor cite cinq points importants qui ont motivé IBM à sélectionner Firefox :
  1. Firefox est parfaitement compatible avec les standards, et l’interopérabilité via les standards ouverts est une l’une des clés de la stratégie d’IBM
  2. Firefox est open source et son développement est dirigé par une communauté qui n’est pas assujettie à une structure commerciale particulière
  3. Firefox est sécurisé et une communauté internationale d’experts continue de le développer et de la maintenir
  4. Firefox peut être étendu et personnalisé pour des applications et organisations particulières, comme IBM
  5. Firefox est innovant et a forcé les autres navigateurs à revenir dans la bataille, en ajoutant des fonctionnalités et en devenant plus rapide
Sutor ajoute qu’il existe encore un élément qui rend Firefox important dans la stratégie de l’entreprise : le cloud computing. Pour que cette facette de l’informatique se développe correctement, il est nécessaire que les standards ouverts soient disséminés au maximum sur le plus grand nombre de machines. Ces standards servent à la construction de ces services, et IBM s’en sert également pour les échanges de données entre le client et le serveur.

Dans tous les cas, le soutien apporté en filigrane à Firefox est énorme. En effet, aucun mouvement d’un monstre de l’industrie comme IBM n’est innocent et/ou sans conséquence. Il ne s’agit pas seulement de dire « Nous utilisons Firefox » : le véritable message pour Mozilla se transforme en « Regardez, Firefox est tellement bon que même IBM vient de l’adopter officiellement pour ses 400 000 employés ». En termes d’image, l’annonce est bien sûr excellente, en plus de donner de la crédibilité au produit sur le plan professionnel.

Tout auréolé de prestige, il faut maintenant que Mozilla publie officiellement la première bêta de Firefox 4 pour montrer la voie que va suivre le navigateur dans les prochaines années.