Hadopi & le salaire de la peur : « Arrêtez sur cette rémunération ! »

Qui veut gagner des questions ? 151
Marc Rees
Comme rapporté lundi matin, un particulier a tenté d'en savoir plus sous les dessous de la Hadopi, et notamment sur la rémunération du secrétaire général de la Hadopi, Eric Walter, ancien monsieur TIC de Nicolas Sarkozy. Dans les documents fournis, l’autorité a toutefois refusé de lui transmettre le montant maximum de sa rémunération alors qu’elle le devait selon la CADA (commission d’accès aux documents administratifs).

Du coup, lundi après-midi, à la toute fin de la conférence de presse Hadopi, un journaliste a questionné l’intéressé pour savoir pourquoi cette information n’avait pas été rendue publique. C’est cependant Marie-Françoise Marais qui a pris la parole… 

L’intervention de la présidente de la Hadopi est savoureuse : plutôt que de répondre sur le pourquoi du silence ou révéler un chiffre exact, elle a surtout exigé qu’on « arrête de dire que le secrétaire général a une rémunération absolument effarante ! », alors que justement cette rémunération n’est pas connue... Marie-Françoise Marais promet de faire toute la lumière prochainement, mais dira tout de même que le rôle du secrétaire général va au-delà de celui d’un directeur d’administration centrale... sans fournir de chiffres. Un rapport au Sénat indiquait en 2004 qu’« un directeur d'administration centrale gagne en moyenne 115.000 euros bruts annuels. »

Le petit moment en audio :