Chrome surpasse Safari aux USA, et progresse dans le monde

Chrome n'est plus à la chasse au Safari 39
Nil Sanyas
La montée en puissance de Chrome se confirme. Si le navigateur de Google reste toujours très loin d’Internet Explorer et Firefox, il surpasse Opera mais aussi Safari d’Apple. Et si c’est le cas dans le monde depuis la fin de l’année 2009, et en Europe depuis quelques mois, les États-Unis, où Apple a une part de marché très importante, ont résisté plus longtemps que les autres pays.

Mais à en croire StatCounter, le pays de l’oncle Sam a finalement cédé, et Chrome a légèrement surpassé Safari ces derniers jours, entre la semaine 24 (14-20 juin) et la semaine 25 (21-27 juin). Si le graphique en lignes n’est pas des plus explicites, celui en barres l’est un peu plus, même si les chiffres seront ici plus parlants.

Top 5 navigateurs USA janvier-juin 2010
Evolution des taux d'utilisation des navigateurs entre janvier et juin 2010 aux USA.

Top 5 navigateurs USA fin juin 2010
Taux d'utilisation des navigateurs aux USA lors de la 25e semaine de l'année (fin juin).

Ainsi, lors de la semaine 25, Chrome occupait 8,97 % du « marché » américain, contre 8,88 % pour Safari. La semaine précédente, ces nombres étaient inversés, puisque Safari comptait 8,93 % de part d’utilisation, contre 8,75 % pour Chrome.

À titre de comparaison, lors de la première semaine de janvier (4 au 10), Safari affichait 8,96 % de part d’utilisation, contre 5,99 % pour Chrome. L’un a donc stagné, tandis que l’autre a grimpé petit à petit les échelons.

Top 5 navigateurs monde fin juin 2010
Taux d'utilisation des navigateurs lors de la 25e semaine de l'année (fin juin), dans le monde.

À ce rythme, le navigateur de Google pourrait bien dépasser la barre des 10 % dès cette année outre-Atlantique. Dans le monde, cette barre symbolique sera atteinte bien plus tôt, puisque Chrome occupe déjà 9,44 % du marché, contre 5,91 % en début d'année. Safari affiche lui 4,07 % de PDM, contre 1,93 % pour Opera, 52,78 % pour IE et 31,02 % pour Firefox.

Cette concurrence a néanmoins du bon, et ce n’est pas IE9 et les futures évolutions de Firefox, Chrome et Opera qui nous contrediront.