Orange : lutter contre l’usurpation d’identité en échange de publicités

Donnant-Donnant 126
Marc Rees
Mise à jour 28/06 KindSight a réfuté tout accord avec Orange.  La société nous a expliqué que cette présentation avait été faite lors d'une étude de marché pour placer les personnes sondées dans un cadre réaliste. Il n'y a donc, selon elle, aucun accord entre Orange et l'entreprise américaine.


Première diffusion :
Après le verrou P2P, Orange envisage une nouvelle incursion destinée à sécuriser le poste de ses abonnés : il s'agit de s’attaquer cette fois à l’usurpation d’identité. Le FAI mène actuellement des études pour proposer éventuellement une option « KindSight » à ses abonnés. En témoignent ces images extraites d'un fichier SWF qui sert à une étude de marché.

kindsight orange usurpation identité


KindSight est une couche logicielle installée non pas du côté de l’abonné, mais plus en amont du réseau, du côté d’Orange. Son principe ? Cette couche analyse les données qui transitent avec l’abonné afin de tenter de prévenir ces tentatives d’usurpations. Les recettes de cuisine exactes ne sont pas plus explicitées.

Le discours ne fait pas dans la demi-mesure, et est anxiogène : « des cybercriminels arrivent à pirater les ordinateurs personnels en désactivant les logiciels antivirus. Ils peuvent alors usurper votre identité. Bien sûr les antivirus sont indispensables, mais il vous faut une protection supplémentaire. Les cybercriminels ne peuvent désactiver la protection KindSight car elle est intégrée au réseau ».

Cette solution, éditée par une entreprise américaine, a ainsi des charmes selon Orange : toujours active, toujours à jour, elle ne ralentirait ni votre connexion ni votre ordinateur. Et lorsqu’une menace est détectée dans les tuyaux, l’abonné reçoit alors un mail ou un SMS pour l’avertir du risque et de sa gravité.
 
kindsight orange usurpation identité  kindsight orange usurpation identité

Une formule gratuite contre de la publicité ciblée

Le plus intéressant vient ensuite : il est envisagé de facturer ce service 3,95 euros par mois, en plus de l’abonnement. Plus original : Orange envisage une formule gratuite, mais non sans contrepartie : l’affichage de publicité ciblée sur la machine de l’internaute. Analyse, ciblage, profilage, affichage.

kindsight orange usurpation identité

Et comment Orange veut parvenir à cerner au plus près les habitudes de consommation de ses abonnés ? « Votre activité internet est analysée pour identifier d’éventuelles menaces, mais aussi pour afficher des publicités adaptées, sans pour autant augmenter le nombre de publicité ou pop-up qui vous sont présentées. » Le service est ainsi malin : d'un côté, il sécurise l'abonné. De l'autre, il sécurise la régie de pub afin que celle-ci frappe au bon endroit. « Le respect de votre vie privée est notre priorité. Nous évaluons en permanence votre activité, mais sans archiver les sites web consultés ou les recherches effectuées. Ces résultats ne sont jamais communiqués aux annonceurs ou aux éditeurs ». Le fichier explicatif se veut ainsi très rassurante : « nous ne conservons ni d’utilisons aucune données personnelles nous n’installons aucun logiciel sur votre ordinateur. Et nous ne lisons pas vos mails. »

Sur le site de KindSight on en apprend un peu plus : un système de notation va permettre de mesurer les habitudes de consommations. Si un internaute surfe sur des sites de voyages en ligne, la catégorie en question sera marquée. A la fin d’une période d’analyse, Orange espère ainsi avoir un portrait type de son abonné même si celui-ci a surfé sur des sites qui ne sont pas dans le réseau commercial de l’opérateur. En retour, Orange pourra ajuster ses messages sur la page d’accueil d’Orange.fr par exemple. Nous attendons des détails chez Orange quant au déploiement de cette éventuelle option.