Hadopi : « Éric Walter est venu chez moi (...) avec sa directrice de la com »

« Figurez-vous que j'ai eu, il y a quelques jours, la visite d'Éric Walter le secrétaire général d'Hadopi, qui est venu chez moi près de Nice avec Clémence Fournier sa directrice de la com. » Le petit message vient de Pierre Chappaz, qui sur son blog fait part de sa surprise quand le secrétaire de la HADOPI l'a contacté pour organiser ce déjeuner.

pierre chappaz

Selon le fondateur de Kelkoo et Wikio, Walter « a expliqué que le logiciel de sécurisation des routeurs Wifi était enterré, que les internautes poursuivis pourraient se défendre ». De fait, jamais ce "logiciel" ne fut vivant, le deuil n'en devrait être que plus aisé. Selon Pierre Chappaz encore, Walter est apparu « plutôt sympathique et habile » et « visiblement, il réfléchit à la com d'Hadopi en prévision du début imminent des campagnes d'emails destinées à faire peur aux vilains téléchargeurs ».

Ce genre de rencontres n’est pas une surprise. Déjà, la Hadopi avait tenté d’inviter discrètement 3 ou 4 journalistes le 3 mai dernier pour leur expliquer tous les bienfaits de ce texte. C’est la médiatisation de cette rencontre et les critiques de la part de la profession qui poussa la Haute autorité à organiser à la dernière minute une conférence nettement plus ouverte. Par ailleurs, au moins un blogueur a déjà fait état il y a quelque temps sur Twitter d’une demande d’invitation similaire à celle reçue par Pierre Chappaz. Dans les échanges qui ont suivi la publication de ce post, ce dernier indique au passage que « j'ai entendu parler du DPI mais je ne suis pas un tech alors je n'ai pas amené la discussion sur ce point ». Il faudra donc attendre un autre déjeuner pour en savoir plus sur le filtrage des contenus illicites (ou tomber sur des offres d'emploi, des missions, ou des brevets).

Diversifier l'intérêt de tous types de presse, lutter contre la désinformation

Toutes ces démarches pédagogiques ne devraient pas s’arrêter là, comme en témoigne cet appel d’offres qui fut publié fin 2009 (notre actualité). La Haute autorité doit en effet se construire une réputation, déjà bien égratignée par les débats parlementaires et les choix du ministère de la Culture pour la riposte de masse sur les réseaux. Dans cet appel d’offres, il était explicitement dit qu’« à partir des arguments avancés lors de l'examen devant le Parlement de la loi Création et Internet, la communication devra être conçue de manière à apporter par anticipation une réponse aux campagnes de désinformation qui pourraient être lancées ».

hadopi collège haute autorité commission droits
Hadopi, le 3 mai dernier

Dans le lot, outre des campagnes « de sensibilisation auprès des jeunes », sont prévues « l’identification des publics concernés », « la mise en place d'un plan média », mais aussi une « coordination générale des relations presse et des recherches de partenaires ». Sans compter le développement de « la visibilité de l’HADOPI sur les différents médias (nationaux, régionaux et internationaux) », « des actions concrètes visant à renouveler et diversifier l’intérêt de tous types de presse », la « recherche de parrains (porte-parole) susceptibles de sensibiliser le grand public au téléchargement légal et qui pourrait être sollicités lors de la campagne de communication (conférence de presse, spots radio ou télé, interviews…) » ou (la liste est longue) «  susciter des interviews par les médias pour des représentants de l'HADOPI ou d'autres personnalités désignées ».

Une campagne d'information par voie électronique

Dans le même sens, un appel d’offres a été lancé voilà peu pour « l’organisation et [la] mise en oeuvre technique d'une campagne d'information par voie électronique ».

hadopi appel d'offres campagne internet

Après le bourbier juridique et technologique, la HADOPI est en quête de légitimité médiatique et ce genre de rendez-vous, épaulé par « la directrice de com' » devrait monter en puissance : mailing, rendez-vous informel, etc. etc. 

Pendant ce temps à l'Assemblée...

Fait symptomatique, du côté de l’Assemblée nationale, des députés se désolidarisent par grappe aujourd’hui du texte et rejoignent finalement les positions qui furent exprimées par Lionel Tardy, lui, inflexible. Le « pari perdu d’avance » (Patrick Bloche) ou cette loi signée par « les tenants de la bougie et de la lampe à huile à l’époque des LEDs » (Jean Pierre Brard) poursuit donc sa route tortueuse.

Pas de fumée sans feu

Mais la com’ n’évite pas les couacs : Pierre Chappaz a appris par exemple qu’« Hadopi ne disposera d'aucune donnée quantitative pour distinguer les téléchargeurs professionnels des occasionnels, car ils vont procéder par sondages... voir par exemple qui a téléchargé le dernier Avatar… hum! c'est ennuyeux pour la com' ça de ne pas pouvoir distinguer la petite infraction amateur et le pro du téléchargement massif! C'est un peu comme si on condamnait un fumeur de joint comme un dealer... est-ce bien réaliste? »

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !