Google continue à se débarrasser d'IE6 avec Reader

Chrome 3.0 est aussi un vieux navigateur 48
Vincent Hermann
Dans les mois précédents, Google a montré une certaine volonté à vouloir se débarrasser du bien vieillissant Internet Explorer 6. Depuis le 1er mars dernier en effet, le support du navigateur est stoppé pour les Google Apps et Google Sites. Internet Explorer 6 n’est en fait que le représentant le plus marquant d’un groupe de butineurs dont le support est arrêté. Et la série continue avec le service Reader du géant.

google reader

Google Reader est un agrégateur de flux. Son rôle est de réunir au sein d’une même interface des flux RSS et Atom pour visualiser d’un seul coup d’oeil les sources qui ont mis à jour leurs informations, publié du contenu, etc. Très utilisé, le service est un nouveau levier pour Google pour accroître le remplacement des vieux navigateurs par des versions plus récentes, comme YouTube avant lui.

Nous le disions précédemment, Internet Explorer 6 est certainement le produit qui draine le plus l’attention, mais il fait partie d’une liste d'autres produits « abandonnés » :
  • Internet Explorer 6
  • Firefox 1.0 et 2.0
  • Safari 2.0 et 3.0
  • Chrome 1.0, 2.0 et 3.0
Dans cette liste, les versions de Chrome ne sont pas une erreur : nous en sommes bien à la version 4.0 du navigateur de Google, la 5.0 ne devrait plus tarder à sortir, et la firme met donc au placard toutes les moutures précédentes. Ce n’est pas un vrai problème en soi puisque Chrome se met à jour tout seul, de manière relativement transparente.

Mais quand on parle de navigateurs « abandonnés », cela ne signifie pas que les sites en question ne vont plus fonctionner du jour au lendemain. Comme pour les Google Apps ou encore YouTube qui sont déjà passés par là, la firme indique simplement que toutes les nouveautés qui seront développées pour ces services ne seront pas testés sur les produits de la liste. En clair : les sites fonctionnent aujourd’hui, mais ce ne sera peut-être pas le cas dans plusieurs mois.

Les développeurs web ne peuvent que se féliciter de voir disparaître peu à peu le support des anciens navigateurs, car cela permet de compter sur des technologies plus récentes dont le support est mieux assuré dans des moutures récentes. Cela ne signifie pas, en revanche, que les parts de marché vont changer rapidement : il ne s’agit après tout que d’un changement dans la politique de support pour les nouvelles fonctionnalités uniquement. Il ne faut pas oublier en outre que les foyers de résistance d’Internet Explorer 6 ne sont pas situés réellement chez les particuliers, mais dans les entreprises disposant d’intranets particuliers.