Carte Musique Jeune : l'État versera 25 millions chaque année

Et les consommateurs aussi ? 88
Marc Rees
Sur le chapitre de la Carte Musique Jeune, La Tribune nous apporte également son lot d'informations : la carte concoctée par la mission Zelnik (Hadopi 3) sera bien repoussée à la rentrée, mais... annoncée le 21 juin. Question de sauver la face de la Rue de Valois.

Ce contretemps est expliqué par les tracasseries administratives du dossier à Bruxelles, mais aussi parce que la rentrée scolaire « serait plus propice à l'adoption de nouveaux usages, à des campagnes de communication que l'été », indiquent nos confrères. Choix curieux : à la rentrée, les parents et les étudiants auraient parait-il d’autres préoccupations que celles d’acheter sur les plateformes.

pink floyd money

Sur la calculette du ministère de la Culture, on espérait cibler 25 % des 10 millions de jeunes de 12-24 ans. « Soit à raison de 25 euros par an et par personne de subvention maximale, pour 50 euros dépensés en ligne un coût [NDLR pour les finances publiques] de 65 millions d'euros » poursuit la Tribune. Finalement, l’aide publique sera plafonnée à 25 millions d'euros par an par l'État (et donc autant, payé par les jeunes clients), soit 75 millions sur les trois ans du programme. Chaque plateforme, enfin, sera subventionnée à hauteur de 5 millions pour éviter qu’Apple accapare toutes les aides.

L’industrie du disque pourra finalement profiter d'un million de cartes d'une valeur de 50 euros, chaque année.