Insolite : Elle est blonde, ras le cul de la blonde

Après le fameux mot de passe salearabe, donné à un abonné Orange fin 2007 et conduisant à une condamnation avec des dommages et intérêts de 8000 euros au profit de l’abonné, voilà que Free connaît une histoire assez similaire.

Le beurre, l'argent du beurre et le cul de la blonde

Selon le site du quotidien auvergnat La Montagne, un coiffeur nommé Pascal Springer a eu la surprise, en septembre 2008, de recevoir un coup fil d’une proche lui annonçant que l’annuaire donnait à la lettre E : ELLE EST BLONDE, Ras Le Cul De La Blonde, le tout avec sa propre adresse.

Annuaire Pages Jaunes Ras le cul de la blonde
Source : Freenews.

Inscrit dans l’annuaire des Pages Jaunes en version papier, mais aussi sur le Web, Pascal s’arrange tout d’abord pour faire supprimer cette inscription sur la toile. Il porte ensuite plainte pour connaître la source de cette mauvaise blague.

« Plus que les dommages et intérêts, ce que je voulais savoir, c’est qui avait fait ça » a-t-il expliqué à notre confrère. « Mon avocate m’a demandé de réfléchir à un auteur dans mon entourage. » Finalement, le 30 septembre de l’année dernière, les Pages Jaunes lui donne enfin la réponse tant attendue : « C’est l’opérateur (Free) qui nous a transmis une liste comportant cette mention que nous déplorons. »

Une information confirmée par le tribunal d’instance d’Issoire (Auvergne) le 23 décembre dernier, qui s’attaque néanmoins aussi aux Pages Jaunes : « De telles mentions engagent la responsabilité de Free […] mais aussi des pages jaunes ayant fait paraître ces données. »

Résultat, Pascal Springer a été dédommagé par Free et Pages Jaunes à hauteur de plusieurs milliers d’euros, sans plus de précision.

Un technicien aux nerfs fragiles, ou un client difficile ?

Selon La Montagne, cette mauvaise blague serait liée à un énervement d’un hotlineur de Free, et ne viserait pas Pascal Springer mais son ex-femme. Cette dernière, qui était encore la femme du coiffeur à l’époque, aurait utilisé la hotline de Free plus que les nerfs du hotlineur ne l’ont supporté.

« À l’époque, comme beaucoup, sa femme et lui galèrent : Internet fonctionne mal à la maison » explique La Montagne. « Et Madame passe beaucoup de temps à téléphoner à l’assistance. Un salarié de l’opérateur se serait lassé de ces coups de fil répétés. Et finira par accoler à côté du dossier cette mention peu sympathique pour la mère de famille. Sauf qu’il a oublié de l’enlever au moment de transmettre le fichier aux Pages jaunes. Fatal. »

Chose étonnante, selon Pascal Stringer, cette histoire l’a non seulement touché, mais il aurait aussi perdu des clients… Alors que son nom n’est pourtant pas donné dans les Pages Jaunes, et que la relation entre le faux nom et l’adresse est loin d’être évidente : « Des larmes, il y en a eu. Et il n’y avait que moi qui savais que je n’étais pas LE responsable. Des clients ne sont plus venus. »

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !