Le piratage logiciel : baisse en France, hausse dans le monde

piracy bsaL'association internationale des éditeurs de logiciels Business Software Alliance (BSA) a publié aujourd'hui sa septième étude sur le piratage de logiciels. L'étude inclut tous les types de logiciels (même libres) sur tous les ordinateurs personnels.

Pour la France, le taux de piratage a baissé d'1 point par rapport à l'année dernière pour atteindre 40 %. Depuis 2005 la baisse a été encore plus significative puisque ce taux a baissé de 6 points, prouvant selon BSA l'efficacité de son action pour « sensibiliser les pouvoirs publics et les entreprises aux conséquences engendrées par la prolifération du piratage de logiciels et à poursuivre, le cas échéant, les pratiques illicites ».

Dans le monde le taux de piratage des logiciels a progressé de 41 % à 43 %, alors que le taux de piratage a baissé dans presque tous les autres marchés. Ce paradoxe tient à la forte progression du nombre d'ordinateurs dans les marchés émergents que sont la Chine, le Brésil et l'Inde, qui connaissent des taux de piratage logiciel supérieurs à 60 % (bien qu'en baisse : la Chine et l'Inde diminuant de 7 points leurs taux de logiciels piratés depuis 2005, et le Brésil de 8 points).

Les bons élèves dans le monde sont les États-Unis, le Japon et le Luxembourg qui piratent le moins (20, 21 et 21 pour cent respectivement). Les cancres de la classe sont aussi parmi les plus pauvres puisque ce sont la Géorgie, le Zimbabwe et la Moldavie qui piratent le plus avec des taux supérieurs à 90 %.

Les logiciels libres ne luttent pas contre le piratage

L'étude inclut également une section logiciels gratuits / open source (qui pour l'industrie du logiciel payant reviennent au même). Elle relève que leur présence sur les ordinateurs est stable, entre 12 % et 22 % du total des logiciels, et que les particuliers en utilisent beaucoup plus que les entreprises. Cette stabilité masque la forte croissance des services en lignes, qui remplacent de nombreux logiciels mais ne sont pas comptabilisés dans l'étude. Néanmoins, ils ne semblent pas avoir un effet sur le piratage.

Nous remarquons que bizarrement ces chiffres sont extrêmement vagues (une fourchette de 10 points tout de même) alors que les estimations du taux de piratage de logiciels sont précises à l'unité près. Une estimation d'un comportement illégal devrait pourtant être plus difficile à réaliser...

libre et open source

Pirater provoque le chômage


Enfin la BSA explique en chiffres compréhensibles par tous les gouvernements pourquoi il est indispensable de lutter contre le piratage logiciel : le piratage tue les emplois. Le groupe de pression des éditeurs de logiciels explique que « une étude BSA / IDC réalisée en 2008 sur l’impact économique de la réduction du piratage de logiciels a permis de conclure qu'en France, une diminution du taux de piratage de dix points sur quatre ans pourrait contribuer à générer 14 465 nouveaux emplois et contribuer à l’économie française à hauteur de 8 907 millions de dollars. En fait, IDC estime que pour chaque dollar correspondant à l’achat sous licence d’un logiciel dans un pays, 3 à 4 dollars supplémentaires sont à mettre au profit des sociétés de services et de distribution locales ». Sans oublier de rappeler que les logiciels piratés présentent un problème de sécurité pour les consommateurs.
piracy europe
Taux de piratage de logiciels en Europe (en 2009)

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !