Édito : quand certains découvrent tardivement les problèmes de Flash

L’Américain Adobe, propriétaire de Flash depuis le rachat de Macromedia en 2005, en prend plein la tête ces dernières semaines. D’abord critiqué par Apple et Steve Jobs en personne, ce dernier expliquant les multiples raisons de ne pas inclure Flash dans ses produits, bien d’autres sociétés ont à leur tour pointé du doigt les défauts de la technologie d’Adobe. L’éditeur du navigateur Opera, le fabricant ARM et même Microsoft ont eu des mots peu positifs envers Flash.

Flash ou pas
T'es trop lent petit, au revoir

Flash ne serait-il problématique que depuis peu ?


Mais la question que nous pouvons nous poser est la suivante : pourquoi maintenant ? Pourquoi si tard ? Flash est buggé, mal optimisé, engendre des ralentissements voire des plantages, n’est pas ouvert et connaît des problèmes immenses sur certains téléphones mobiles et systèmes d’exploitation (suivez mon regard) ? Et alors ?

Cela fait des années que nous connaissons et vivons avec. Des années que des critiques sont faites sur Flash dans les commentaires, les forums, et j'en passe. Des années que rien ne change malgré ces plaintes à répétition…

Flash et les DRM, un peu la même histoire

Cette situation où les utilisateurs constatent un évènement et où de grandes entreprises ne réagissent que bien longtemps après, en rappelle une autre, celle des DRM.

Durant de longues années, les plateformes légales de musiques numériques armaient de DRM chacun des morceaux, hormis bien sûr celles n’ayant aucun lien avec les majors. Pendant des années, on nous a dit que les DRM étaient indispensables pour la survie du secteur, alors que ses utilisateurs (et non utilisateurs) ne cessaient de les critiquer. Aujourd’hui, les DRM ont quasiment disparu des plateformes de musique (pour la vidéo, c’est autre chose), et le marché n’a jamais été aussi important…

Et pour que les DRM appartiennent au passé, il a bizarrement fallu qu’un certain Steve Jobs publie une lettre ouverte en 2007 sur le sujet, alors qu’iTunes Store était pourtant un parfait exemple de plateforme DRMisée.

L’histoire se répètera-t-elle pour autant ? La situation est néanmoins différente. Supprimer les DRM n’est qu’une question de volonté et d’accord. Améliorer Flash nécessitera du temps et du travail.

Flash ou pas

Un besoin de concurrence ?

Nous pourrions néanmoins faire un autre parallèle, à savoir celui entre Flash et Internet Explorer. Ce dernier a un temps dominé outrageusement le marché des navigateurs, avec une part de marché supérieure à 90 % un temps.

Sa domination fut telle que Microsoft cessa de développer son navigateur. Fort heureusement, la concurrence est arrivée, principalement grâce à Mozilla Firefox, et ces dernières années, de grandes avancées ont été opérées. Et Internet Explorer lui-même, qui domine toujours le marché des navigateurs dans le monde (mais pas dans tous les pays), a progressé à grands pas.

Outre des critiques, Adobe a donc aussi besoin d’une concurrence. Entre Silverlight et l’HTML5, cela suffira-t-il à faire réagir l’éditeur ? Il est vrai que des sociétés majeures « menacent » de proposer ou d’avantager ce type de technologie au dépend de Flash…

Nous espérons quoi qu’il en soit que Flash subira de notables améliorations, à tous les niveaux, dans les mois et années à venir. En attendant en premier lieu la publication de la fameuse version 10.1, dont la RC est déjà disponible depuis quelques jours.

Une mission pour les INpactien(ne)s

Cette semaine, j’ai une mission à vous confier : me trouver une traduction parfaite au verbe « to upload ». Si « to download » se traduit par télécharger, l’upload, lui, n’a pas réellement de traduction. En fait, pour être plus précis, le terme télécharger peut aussi être utilisé, car finalement, le téléchargement n’est qu’une transmission de données, le sens n’est pas précisé.

Pourtant, il serait bon de différencier les deux termes. Si télécharger pourrait donc être gardé pour le download, quid de l’upload ? Car « uploader », c’est bien beau, mais… non, c’est laid en fait.

Je publierai la semaine prochaine les meilleures propositions, et si un mot est vraiment convaincant, pourquoi ne pas l’utiliser constamment dans nos colonnes, et le rendre populaire ? Son créateur (ou sa créatrice) aura ensuite la gloire, le succès et la fortune à vie. Sans exagération. 

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !