France : le CD audio s'écroule, le spectacle vivant explose

Deux bilans concernant le secteur de la musique en France ont été récemment publiés, et ils sont globalement sans surprises. Le premier cible les ventes de CD audio, qui continue sa chute libre, tandis que le second porte sur le spectacle vivant (principalement les concerts), en hausse constante depuis plusieurs années maintenant.

Observatoire musique mars 2010

Concernant les ventes de CD, elles n’ont atteint que 3,983 millions d’unités en mars 2010, soit une chute de 6,7 % par rapport au mois de mars 2009. Même constat en valeur : 56,193 millions d’euros (-7,7 %). Et comme d’habitude, les singles s’écroulent (-27 %). Leur disparition ne fait plus aucun doute, avec seulement 146 000 unités écoulées le mois dernier, contre 199 000 en 2009.

Il s’agit du plus mauvais mois de ce premier trimestre, après un mois de janvier intéressant (6,3 millions de ventes) et un mois de février déjà très médiocre (4,1 millions d’unités). 14,4 millions de CD ont donc trouvé preneurs lors des trois premiers mois de l’année, soit une légère baisse d’1,4 % en un an. Un nombre en trompe l’œil, du fait de fortes baisses de prix sur certains CD. Ainsi, en valeur, le premier trimestre accuse une baisse de 7,1 % (-6,8 % pour les albums et -29,8 % pour les singles).

Observatoire musique mars 2010 canaux distribution

Plus intéressant, la structure des réseaux de distribution a été détaillée par l’Observatoire de la Musique. Les grandes surfaces spécialisées (GSS comme la Fnac, etc.) sont majoritaires, avec un peu plus de la moitié des ventes, suivies par les grandes surfaces alimentaires (GSA comme Auchan, Carrefour, etc.). À eux deux, ces deux secteurs représentent 88 % des ventes en volumes, et 87,8 % des ventes en valeur.

Mais selon l’Observatoire, les grandes surfaces alimentaires ont perdu du poids en termes de parts de marché (-2 pts en un an), au contraire des grandes surfaces spécialistes (+1,9 pt). Quant aux petites boutiques spécialisées, leur part de marché est stable (5,1 % en valeur, 4,9 % en volume).

Et Internet ? « Le canal Internet marque le pas (sites de vente en ligne d’Abeille Musique, Fnac, Amazon, etc.) et enregistre une baisse de -5,5% en volume et de -5,1% en valeur ; ce canal capte 7,1% du chiffre d’affaires du CD audio et ne progresse que de +0,2 pt vs. N-1. »

Attention, le sujet ici concerne uniquement les CD. La musique numérique disponible en téléchargement sous MP3, WMA, AAC, Ogg et autres formats n’est ici pas concernée.

SACEM 2009 perceptions

Le second bilan (2009) publié par la SACEM nous dévoile des données très intéressantes. Ainsi, et là encore ce n’est pas une surprise, Internet représente une part quasi nulle (1 %) des perceptions de la SACEM. La télévision et la radio (36 %) dominent largement les débats, alors que le spectacle vivant totalise 10,3 % de ces perceptions, contre 7 % pour la fameuse copie privée…

Le spectacle vivant suit ainsi une courbe inverse du CD. Il ne représentait ainsi que 7,3 % des perceptions de la SACEM en 2003, et le nombre de « séances » du spectacle vivant a d’ailleurs atteint un nouveau record : 153.904 l’année dernière, soit une hausse de 23 % en 6 ans.

Les concerts dominent largement les débats avec 90 % des droits perçus sur le spectacle vivant, et 75 % des séances (soit 116.567). « On note l’importance de la catégorie « secteur associatif », incluant les festivals : 97.613 séances soit 84 % des séances de concerts en 2009 » précise la SACEM.

Mais l’argent n’est pas tiré du secteur associatif. Les tournées n’ont ainsi représenté que 3,3 % des séances l’année dernière (soit seulement 5041 en 2009), mais 39 % des revenus perçus par la SACEM sur les spectacles vivants. Les tournées ont ainsi une valeur financière énorme, alors que les festivals ont plutôt une valeur publicitaire.

SACEM 2009 concerts

Au total, la SACEM a perçu grâce au spectacle vivant 78,5 millions d’euros, un record, et en croissance de 13 % sur un an et 50 % sur six ans. Quant aux répartitions, elles ont atteint en 2009 un peu plus de 61 millions d’euros. Sachant que les répartitions sont effectuées en année N+1, il est déjà certain que les répartitions seront supérieures cette année, puisque basée sur le record de 2009 (alors que les répartitions de 2009 sont basées sur les revenus de 2008).

« Pour l’ensemble du secteur en 2009, c’est plus de 150 000 séances ayant donné lieu à perception, 8500 clients abonnés, 1,5 millions de lignes traitées et près de 274 000 titres différents qui bénéficient de la répartition » conclue la SACEM. 

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !