Jean Musitelli : Hadopi, c'est le refus de la justice privée

« Tout ce qui a été mis en place depuis deux ans dans le cadre de l’élaboration de la loi Hadopi repose précisément sur le refus catégorique de la mise en place d’une justice privée » a affirmé Jean Musitelli, membre de la Hadopi, lors du colloque sur la neutralité. Jean Musitelli a tenté là de combattre l’expression de « justice» ou de « milice » privée après une question posée par Jérémie Zimmermann, porte-parole de la Quadrature du Net.

hadopi rue texel siege paris
(Rue du Texel, là où le précieux siège d'Hadopi a fait son nid,  CC by PC inpact)
 
Seul hic : ce sont pourtant des organismes privés qui seront chargés de ratisser les réseaux pour glaner des camions d’adresses IP. Et ce choix n’est pas exempt de relations incestueuses dans le milieu de l’industrie : Trident Media Guard, société dans laquelle a investie l’acteur Thierry Lhermitte, a été choisie par les majors du cinéma et de la musique pour traquer les échanges illicites. C’est elle qui fournira des listings entiers d’adresses IP à l’HADOPI, qui n’aura qu’à constater pour les envoyer aux FAI aux fins d’identification. La pièce maîtresse de la mécanique HADOPI est bien en amont, chez les surveillants privés du web, non en aval, chez l'Autorité ou même le juge chargé de prononcer la suspension.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !