PC INpact : la Gazette du Libre, épisode 3

La gazette du libre, épisode 3. Où l'on apprend qu’Anakin n'est pas l'élu.


Non, rassurez-vous, on ne va pas spoiler sur les épisodes 4,5 et 6 de Star Wars si vous ne les avez pas encore vus. On va se contenter de parler de logiciels libres (en tout cas sur systèmes d'exploitation libres). D'ailleurs, et ceci afin que la surprise ne vous tue pas sur place, que vous vous habituiez à l'idée d'un changement dans la longue (herm) histoire de la gazette, sachez que la présentation a changé.

 

En effet, suite à une remarque d'un pertinent lecteur (ou lecteur pertinent, c'est selon), les articles seront maintenant organisés non plus par rubriques mais par difficulté d'appréhension, parce que c'est vrai que mettre la sortie de OpenSSL entre celle d'Ubuntu et celle de Gimp, ce n’est pas forcément l’idéal.


Pour la gazette de la semaine dernière qui a sauté, caylafota Vincent !

Bonne lecture à tous !

Basic user (n00b)

>> Si vous n'utilisez pas Linux depuis longtemps, vous êtes surement un peu perdu dans la masse de logiciels libres qui vous sont proposés par l'installeur de votre distribution. C'est là que l'article de LinuxPLanet, 10 bonnes applications linux que vous devez connaître intervient. Il y a de tout, du jeu aux emails en passant par la TV en ligne. Attention, il y a deux pages (le lien n'est pas très visible).

>> Fluendo est une société spécialisée dans le multimédia, et plus particulièrement sur les codecs (MP3, MPEG2) ainsi que sur les lecteurs DVD logiciels. Pour 40€, le Fluendo Media Center est un outil complet vous permettant de lire tous les principaux formats audio (WMA, MP3 et AAC notamment) et vidéos (dont MPEG2, WMV et H.264). Ceci, vous l'aurez compris est limité à Windows... mais plus depuis le 15 mars !


En effet, Fluendo a lancé la version Linux de son Media Center et assure qu'il fonctionne sous toutes les principales distributions 32 et 64 bits, en RPM, Deb, et « générique ». Le logiciel sous Linux est donc le premier lecteur certifié Dolby, et ce depuis le début de l'année. Propriétaire, certes, mais gratuit. C'est toujours ça que les ouinedoziens n'auront pas.


Je vous conseille la lecture de l'annonce de Fluendo. 
 
>> On le dit et on le répète: OUI ! Sur Linux AUSSI on peut jouer ! Certes, ce n'est pas la plateforme la plus adaptée pour mais c'est loin d'être la pire. Vous en voulez la preuve? Très bien, vous l'avez cherché: linux-magazine vient de sortir un article où ils traitent de 15 des meilleurs jeux disponibles sous Linux (et donc pour BSD puisqu'ils sont compatibles). Avant qu’arrive une remarque désobligeante, sachez que les jeux sont pour la plupart en 3D et pas moches du tout (si vous préférez les moches, ça existe aussi n'ayez crainte).  Le lien est en anglais.
 
>> Bon, d’accord le jeu n’est pas non plus la priorité. On utilise aussi souvent OpenOffice.org (OOo pour les intimes) ou Abiword pour du traitement de texte. Surtout OOo en fait. Il faut dire que la suite bureautique de Sun, paix à son âme, a de nombreux atouts, mais aussi des manques.


Heureusement, comme tout bon logiciel libre, OOo possède d’un côté un système d’extension, et de l’autre une communauté active. Envie d’une intégration de GoogleDocs, d’une pagination simplifiée, d’une galerie de cliparts ou encore d’une fonction d’importation de PDF ? Vous trouverez votre bonheur dans l’article de LinuxPLanet .
 
Ça ne vous convient pas ? C’est trop anglais comme site ? On voit souvent des INpactiens reprocher les anglicismes commis dans ce genre d’article… La communauté a *encore* la solution !

 

L’administration française, qui est une amie tellement liée à cette suite qu’elle se fait parfois des illusions sur ses réelles capacités, a développé une extension pour vous ! En effet les anglicismes sont interdits pour les fonctionnaires, ces vaillants hérauts de la nation ! Et il est long et fastidieux de consulter régulièrement FranceTerme pour trouver l’équivalent français d’un mot.  Zdnet nous raconte la genèse de cette extension (et le lien pour l’avoir).  


>> Rappelons tout de même que le libre, ce n'est pas l'Open-source. Et l'Open-source, ce n’est pas toujours libre. Tout ça c'est une question de licence. Savoir si le logiciel respecte les quatre libertés de l'utilisateur dépend beaucoup des conditions de distribution du logiciel, le fameux CLUF, tout puissant sur terre et dans les cieux.  

 

linux


Il y a donc eu des licences plus ou moins libres. Des très libres qui laissent l'utilisateur faire n'importe quoi ou en tout cas juste stipuler le nom de l'auteur (licence BSD), et bien d'autres encore. Mais celle qui carbure le plus est la GPL, qui utilise le copyright pour forcer les entreprises à dévoiler les modifications effectuées. Stallman, qui a inventé le système, a nommé ce principe copyleft.

 

Cependant le Copyleft n'est pas considéré par tous comme parfaitement libre et est plutôt contesté dans le milieu. En effet, elle force par les règles du copyright à rendre tout ce qui découle du logiciel sous GPL libre à son tour (soit en lui-même soit en rendant publiques les modifications).  Une vision moderne de l’arroseur arrosé. L’utilisation du copyleft est très controversée car il y a des obligations. Quand bien même ce serait pour la bonne cause, les BSDiens considèrent que ce n’est plus de la « vraie » liberté, et que l’adhésion au libre doit se faire volontairement.

La traduction de Framablog que voici nous relaye le ras-le-bol d'un développeur très connu de la communauté Python et RoR (Ruby on Rails), puisqu'il a développé entre autre Mongrel (le serveur HTTP Ruby le plus utilisé), sous une licence permissive type BSD. Ce qu’il considère aujourd’hui comme une erreur. Assez de teasing, voici « pourquoi j’utilise la licence GPL », une traduction du Framablog. 

Advanced user (ro><or)

>> Sortie de KDE SC 4.4.2, qui corrige essentiellement des bugs, et complète la traduction existante. L'annonce n'a pas été traduite, il faut donc voir sur la version anglophone pour plus de renseignements.
 
>> Parallèlement, Gnome 2.30 est sorti. Pour l'œil non averti, il n'y aura quasiment aucun changement, et le cynique laissera entendre que cela fait longtemps qu'il en est ainsi. Nous ne l'écouterons pas puisque l'œil averti (nous avons deux yeux rappelez-vous), lui, verra que les bibliothèques utilisées par Gnome ont profondément changé. En effet, l'objectif de cette release est de préparer l'arrivée de Gnome 3.0, qui utilise des bibliothèques différentes.


Gnome 2.30 se rend ainsi indépendant de ses précurseurs et se rapproche, si ce n'est pas dans la forme, dans le fond, de ce que sera Gnome 3.


Allez voir l'annonce sur Gnome-FR  ou sur LinuxPLanet.


>> Souvenez-vous : Oracle, ayant racheté Sun, a entrepris de faire le ménage parmi les employés non-indispensables. Willie Walker, développeur préposé à l'accessibilité de Gnome, a été l'un des premiers à devoir partir. On s'inquiétait alors de ce que deviendrait son travail, étant donné que Gnome est considéré comme l'un des bureaux les plus accessibles.


Et bien Walker est de retour! Comme il l'annonce sur son blog, ce sera sponsorisé par la Gnome Foundation qu'il continuera son travail. Il compte bien d'ailleurs faire de Gnome 3 une réussite sans précédent dans le domaine de la facilité d'utilisation. Si le cynique était de retour, il dirait que Walker aura bien du travail quand on voit le Gnome Shell.


Le planning est accessible ici 


>> Le serveur X, ou X.org, (en réalité ce sont deux applications différentes mais en pratique ça va de pair) c'est un peu le jaune d'œuf de Linux: tout seul c'est moche et pas bon, mais ça s'associe avec n'importe quoi et ça peut rendre super bien quand c'est soigné.


Le serveur X est ce qui reçoit les données du clavier et de la souris et qui renvoie ça au gestionnaire de bureau (souvent Gnome ou KDE SE) pour que la souris bouge, ou que le texte apparaisse. Comme le jaune d'œuf on vous dit! Essentiel ! Alors quand une nouvelle version du serveur X va sortir, c'est forcément la fête. Ça veut dire plus de driver, mais aussi un support de HAL qui est apparu avant la dernière version dudit serveur. La liste des nouveautés et des implications est longue alors préparez-vous : X Server 1.8 arrive bientôt...

>> Coté distributions, on notera la sortie de Linux Mint 8 Lxde et XCFE , de Red Hat Entreprise 5.5  , et de ZenWalk. Mandriva annonce aussi la sortie de la béta 1 de la 2010.1 . Enfin, DragonFlyBSD s’octroie aussi une mise à jour, passant à la version 2.6. Allez lire sans tarder l’article de patrick_g sur LinuxFR, il contient une surprise !
Ah mais d’ailleurs, certains se plaignent de la lourdeur que prennent avec l’âge les distributions phares… On sait (ou pas) qu’il existe de nombreuses distributions optimisées et dites légères (TinyCoreLinux, PuppyLinux, DamnSmallLinux…) et l’on n’a pas toujours envie de toutes les tester. C’est pourquoi Tuxradar a testé pour vous 8 distributions légères et les a notées une à une.


Si vous avez la flemme du week-end et souhaitez aller tout de suite au résultat, sachez que c’est une distribution franco-suisse, SliTaz, qui remporte la palme. Ça tombe bien pour nous puisqu’ainsi la traduction n’est pas mauvaise. Saluons le travail d’optimisation qui a été fait par les développeurs !

Ultra user (H4ck3rs)

>> Contrairement à ce que l’on disait il y a quelques temps,  GTK+ 2.18 ne sera pas la dernière version stable officielle avant GTK+ 3.0. En effet une version 2.20 est sortie.  C’est une version mineure qui ajoute de nouveaux widgets, améliore le support du clavier, prépare Eyefinity en permettant de régler le moniteur principal, et supprime le thème Win32 qui ne marchait pas. Évidemment cela se fait en parallèle de la sortie de Glib 2.24.0 , une version mineure elle aussi.


>> OpenSSL 1.0.0 est sorti à la suite d'une bêta de 365 jours. Le projet lui-même a mis 11 ans pour devenir une version finale. On rappelle qu’OpenSSL a pour but de permettre une implémentation des protocoles sécurisés TLS et SSL ainsi que de fournir une bibliothèque de chiffrement complète. Allez voir l'annonce sur la mailing list.

>> OpenSSL serait codé par des singes.  C’est ce que clame haut et fort Marco Peereboom, un développeur de la communauté OpenBSD, connue pour son intransigeance sur la propreté du code. Les mauvaises langues diront qu’on sait maintenant qu’en plaçant des singes devant une machine à écrire, ils peuvent coder un délivreur de certificat... 
 
>> MongoDB 1.4 est sorti et se dit prêt à entrer en production!

MongoDB est une base de données membre du mouvement NoSQL. Autrement dit, ne cherchez pas à la comparer à MySQL ou PostgreSQL, vous vous ferez sévèrement enguirlander sur leur canal IRC (toute ressemblance avec une expérience vécue est tout à fait fortuite et ne saurait être volontaire).
Cependant, il y a aussi des gens biens sur leur canal.

 

Des gens qui vous expliquent patiemment que MongoDB est une BDD (base de données) fonctionnant par stockage de combinaisons clé-valeur, et orienté document. Qui vous expliquent également les avantages et la simplicité de ces techniques: cela assure une plus grande cohérence à votre code, cohérence que certaines BDD SQL ne sauraient le maintenir. Le nommage est ainsi instinctif. D'ailleurs un de ces gentils messieurs a écrit un article à ce sujet, très intéressant par ailleurs.


 

Oui, ce sont des gens bien, mais qui ont tendance à s'irriter très rapidement si, tout de suite après leurs explications, on se sert fièrement de "memcached" comme outil de comparaison. Sachez que NON, memcached n'est pas une BDD comparable à MongoDB en aucune manière puisqu'il ne stocke rien, il cache.


Contrairement à memcached, MongoDB peut stocker des documents, comme des photos ou des vidéos. De plus il possède des fonctionnalités de queriing (requêtage ?) comparable à une BDDR comme MySQL. Cependant, MongoDB utilise un langage javascript: BSON. Si vous ne le connaissez pas ou si la lecture du code js vous force à prendre deux cachets d'aspirine, gardez confiance: le LCH est là pour le comprendre, parait-il.


>> Le kernel 2.6.34rc3 est sorti. À noter que Linus le déconseille fortement à ceux qui utilisent à la fois SELinux, ext3 et le 2.6.34rc1 ou 2.


>> De même, les kernels stables 2.6.32.10 et 2.6.33.1 sont sortis. Ce sont toutes les deux de grosses mises à jour.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !