Neutralité du Net : Pascal Rogard (SACD) tacle à tout-va

Après notre résumé de l’interview de Stéphane Richard, le président de France Télécom (Orange) par l’ARCEP, revenons cette fois sur l’entretien réalisé avec Pascal Rogard, le président de la SACD, la Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques. Et ses propos, sans rapport avec ceux des autres interviewés, ont l’intérêt d’être très tranchants et de s’attaquer à bien des sujets.

Son interview est en fait d’un tel intérêt que nous l’avons quasi-intégralement retranscrite. Le patron de la SACD a notamment affirmé que « la neutralité du Net, cela ne doit pas être l’impunité ». De quoi situer le ton de cet entretien.

Pascal Rogard SACD

Rogard tacle les FAI

« C’est une auberge espagnole. Chacun y met ce qu’il veut en fonction de ses intérêts. C'est-à-dire qu’il y a des opérateurs de réseaux qui disent que cette neutralité ne devrait pas empêcher de financer le réseau par ceux qui sont transportés. Il y a ceux qui disent que tout doit circuler librement et qu’en gros l’Internet est une zone de non droit. »

Pascal Rogard fait ici références aux FAI, et notamment France Télécom, qui souhaitent que les milliards d’euros d’investissements, notamment dans la fibre optique, soient en partie financés par les sites internet, qui profitent directement de ce type de réseau et de débit.

Rogard tacle les journalistes

« Autant le Net est un outil formidable, c’est jusqu’à présent un outil qui a été destructeur de valeur pour la création. On voit d’ailleurs et ça m’amuse un peu, la presse, les journalistes, qui attaquaient beaucoup la protection de la propriété intellectuelle, qui maintenant veulent rendre leurs sites payants. Alors j’espère qu’ils ne sont pas piratés. »

La référence est ici faite aux sites des journaux papiers développant leur accès payant, et au milliardaire Rupert Murdoch, propriétaire du Wall Street Journal et du Times, qui souhaite abandonner le modèle gratuit pour le payant sur Internet.

Rogard tacle Google

« On voit bien que le centre de la valeur sur Internet n’est ni chez les réseaux, ni chez les créateurs. Et c’est pour ça que, par exemple, j’ai proposé la mise en place d’une taxe sur les entreprises qui font de la recherche, et je trouve que ces gens là ont beaucoup de ressources et financent peu la création. »

Ceux qui regarderont et écouteront la vidéo pourront noter la façon assez amusante de Pascal Rogard de prononcer le mot recherche, et la levée de son bras, comme s’il montrait son dédain pour les moteurs de recherche en général.

Rogard tacle les « pirates »

« Ceux qui piratent sur Internet c'est quand même une énorme lâcheté... très très lâches, parce que ce sont des gens qui sont cachés, qui sont planqués, qui ne seraient même pas capables d'aller voler quelque chose dans un magasin. Mais ils utilisent des outils technologiques, souvent ils sont cachés sous des faux noms ou des pseudos, et je trouve que ce qui caractérise la piraterie, c'est la lâcheté. »

S’il est difficile de donner tort au président de la SACD sur ce point, on pourra néanmoins noter que cette remarque, aussi juste soit-elle, semble quelque peu hors sujet. Qui plus est, il est très rare que quelqu’un qui contourne la loi, peu importe où et comment, dépose sa carte d’identité et son adresse après son méfait. Affirmer que les voleurs sont lâches parce que anonymes n’est-il pas une lapalissade ?

Rogard tacle le gouvernement concernant Hadopi

« J’attends d’abord des pouvoirs publics que les lois de la République s’appliquent rapidement. Donc que les mails qui doivent être envoyés par l’autorité compétence, c’est-à-dire l’Hadopi, puissent rapidement être envoyés aux Internautes. »

Rappelons que la riposte graduée n’est effectivement toujours pas appliquée. Les premiers emails devraient être envoyés fin juin.

Rogard tacle les offres légales

« J’attends aussi, et je pense que le gouvernement l’a compris, un très fort développement de l’offre légale. (…) Notre objectif, c’est de faire migrer la demande de l’illicite vers le licite. Encore faut-il que le licite se développe, à des prix compétitifs. »

Comment le gouvernement pourrait-il avoir un poids sur les tarifs ? En réduisant la TVA sur la musique ? En finançant l’achat comme avec les cartes musiques ? Baisser les prix n’est-il pas plutôt du ressort des plateformes (Apple, Amazon, Fnac, Virgin, etc.) et des représentants des ayants droit ?

Rogard ramène la neutralité du Net à son problème « personnel »

Au cours de cette interview, Pascal Rogard est plusieurs fois revenu aux problèmes touchant son propre secteur. Morceaux choisis :

« Moi je pense qu’il y a deux principes (…) un principe de transparence, et un principe de non discrimination, mais dans le respect des lois de la république. Et en ce qui me concerne, donc dans le respect de la propriété intellectuelle. »

« Je n’ai pas de définition de la Net neutralité. Par contre je sais que la Net neutralité ne peut pas être la Net impunité. On ne peut pas, au nom d’un concept extrêmement vague, continuer le pillage de la propriété littéraire et artistique. »

« Les enjeux du débat, c’est d’avoir un Net qui soit régulé, dans le sens de l’intérêt général. C’est qu’il n’y ait pas de discrimination dans l’accès entre les sites. Mais c’est aussi que ceux qui fournissent du contenu, fournissent du contenu de la création, légal. C’est-à-dire en respectant le droit des auteurs. C’est que l’Internet fonctionne au bénéfice de tous, en respectant l’intérêt général. »

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !