UE : l’UFC-Que Choisir défend les mérites des standards ouverts

Dans une lettre adressée à Neelie KROES, commissaire en charge de la stratégie numérique (*), l’UFC Que Choisir vient d’exprimer son inquiétude quant aux menaces planant sur l’avenir de l’interopérabilité dans l’agenda sur le numérique en Europe. Peu avant l’association, l’April s’était déjà inquiétée de ce risque.

iPhone 3GS photoszune

Nous l’indiquions, des pressions sont exercées pour faire disparaitre ce chapitre cher aux logiciels libres. Une décision importante alors que cet agenda va orienter le travail de la Direction générale en charge du numérique durant ces cinq prochaines années. L’UFC-que Choisir s’est donc saisie de la question pour décrire les avantages du choix de l’interopérabilité, et les inconvénients de sa disparition dans la politique numérique européenne.

Carcans technologiques

Pour l’association, cela ne fait pas de doute : seul le maintien des standards ouverts constitue une arme contre l’utilisation abusive des standards : côté consommateur, l’ouverture est la seule à laisser le choix en fonction des préférences de chacun, plutôt que des carcans technologiques. Côté professionnel, cela met en route un cercle vertueux au profit de l’innovation et de la saine concurrence. Au loin, on espère de meilleurs prix et de meilleurs produits. Du gagnant gagnant sur toute la ligne.

Le piège des smartphones

Le piège des solutions non appuyées par des standards ouverts est de rendre captif le consommateur par le seul levier d’un verrouillage technique et juridique. L’UFC prend un exemple qui risque d’être de plus en plus criant avec le développement de l’offre mobile. Imaginons un utilisateur qui investit 150 euros en application iPhone : quel intérêt a-t-il à aller voir du côté de la concurrence s’il est assuré de perdre cette somme ? Ne faudrait-il pas jouer à fond la carte de l’interopérabilité, distinguer la licence juridique ( le contrat qui autorise l’usage du logiciel) du programme technique ?

Standards ouverts et liberté de choix

On le voit : sans interopérabilité, le marché se cimente et se ferme autour d’usages imposés par les standards non ouverts. Sur le blog de l’association, Alain Bazot, président de l’association, insiste sur ce chapitre : « La mode des smartphones, avec la multiplication des systèmes d’exploitation, rend cette question particulièrement lancinante : la liberté de choix va devenir un élément déterminant dans la structuration des marchés ».

(*) Les commissaires Joaquin Almunia (concurrence) et John Dalli (consommateurs) sont en copie.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !