Usenet : le moteur de recherche Newzbin fait son retour (MàJ)

Mise à jour du 10 juin 2010 : Newzbin a finalement rouvert il y a une semaine, sous le nom de Newzbin 2 (mais l'url reste similaire). Selon notre confrère Numerama, de vrais/faux hackeurs seraient à l'origine de ce retour. (Merci Geoffrey)

Newzbin Usenet

Mise à jour du 19 mai 2010 : Newzbin a définitivement fermé ses portes. Croulant sous le poids des dettes, le moteur Usenet ne parvient plus à rembourser les provisions indique un blog pointé sur la homepage de Newzbin. Cette provision s'élèverait à £250 000 alors qu’aucune décision n’a encore établi le montant définitif des dommages et intérêts. Le fondateur des .NZB s’était vu ordonné par un tribunal l’arrêt de l’indexation des films et séries TV propriétés des studios d’Hollywood. Dans le même, indique TorrentFreak, il se voyait imposer le remboursement des frais de la MPA.

Première diffusion le 31 mars 2010 (titre initial : Usenet : le moteur de recherche newzBin jugé coupable) : Après la fermeture d’Allonews et la condamnation de Usenet.com en 2009, l’année 2010 s’annonce du même acabit. Au Royaume-Uni, la Haute Cour de Londres a jugé coupable de violation de droit d'auteur le site newzBin, célèbre et très puissant moteur de recherche Usenet permettant d’accéder gratuitement à du contenu sous copyright (musiques, films, animes, livres, jeux, séries.). Indirectement, cela va sans dire, newzBin n’hébergeant aucun fichier.

newzBin

newzBin aide sciemment à télécharger illégalement

Attaqué depuis plusieurs mois par les grandes majors que sont Universal, Twentieth Century Fox, Warner Bros, Disney, Paramount et Columbia Pictures, newzBin n’est pas n’importe quel site, puisqu’il compte près de 700 000 membres. Or les plaignants ont finalement eu gain de cause : newzBin aide les internautes à trouver illégalement du contenu sous copyright a jugé la Cour anglaise.

S’affichant comme un simple moteur de recherche, tel Google, mais simplement spécialisé dans l’indexation de contenus disponibles sur les newsgroups Usenet, la défense de newzBin n’a pas caché sa surprise suite au verdict de la Haute Cour londonienne.

Certes, newzBin avait des filtres particulièrement explicites (Screener, Telesync, CAM, DivX, XviD, Blu-Ray, etc. par exemple), mais le site se défend d’avoir délibérément indexés du contenu illégal et poussé ses utilisateurs à utiliser d’une mauvaise façon ses services. Un discours qui n’est pas sans rappeler ceux des créateurs de sites et logiciels de P2P lorsqu’ils sont attaqués en justice…

newzBin déçu, l'industrie jubile

« Nous sommes très déçus du jugement » a ainsi déclaré newzBin dans un communiqué envoyé à TorrentFreak. « Il est regrettable que le tribunal ait accepté la preuve faussée et viciée que Hollywood lui a présenté. (…) Malheureusement, la MPA (Motion Picture Association, NDLR) est restée à l’âge de pierre de la technologie. (…) Plutôt que de revoir son propre business model et ses pratiques commerciales monopolistiques, elle cherche à limiter l'innovation et la liberté sur Internet. »

La MPA, de son côté, tient logiquement un discours différent. « C'est une décision importante » a ainsi déclaré Ted Shapiro, le conseiller général de la MPA Europe. « Cela envoie un message clair que les sites axés sur la fourniture de films et de programmes télévisuels piratés violent le droit d’auteur et sont responsables de leurs actions, même lorsque ces sites web ne peuvent pas eux-mêmes héberger le contenu. »

Le non-hébergement de fichiers n'est pas un argument

Le dernier point est capital. La MPA note bien que newzBin n’hébergeait aucun fichier. Cela ne l’a pas empêché d’être jugé coupable d’aider sciemment les internautes à obtenir du contenu sous copyright. Ce n’est toutefois pas une première.

En France, Sébastien a été condamné l’année dernière à 130 000 euros d’amende et d’un an de prison avec sursis pour avoir créé Station-DivX.com et aidé ses visiteurs à trouver facilement des films sur Emule, via de simples mots clés. Là encore, aucun fichier n’était hébergé.

Toutefois, le 19 janvier dernier, le TGI d’Evry a prononcé la relaxe du responsable de See-Link, site répertoriant des liens P2P vers 2756 films, 308 séries TV et 694 jeux. L’enquête n’avait démontré aucun fichier de film, série TV ou jeu contrefait hébergé sur le site et « il n’était pas non plus établi qu’un téléchargement illégal avait été réalisé en utilisant [ce] site. »

En attendant, ces affaires peuvent créer une polémique supplémentaire, alors que les moteurs de recherches (Google, Bing, etc.), via de simples mots clés (et parfois leurs suggestions), permettent de trouver en quelques secondes des sites aux contenus peu réglementaires.

Plus de détails début avril

La MPA a obtenu une injonction empêchant le téléchargement de ses films via newzBin. La généralisation de cette injonction à tous les contenus sous copyright n'a pas été acceptée. newzBin devra de plus payer une forte amende, dont la somme est encore inconnue, la demande de dommages-intérêts devant être réalisée dans une future audience, qui devrait avoir lieu en début de mois prochain. 

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !