Google pourrait quitter la Chine le 10 avril

Google ou Taggle ? 68
Nil Sanyas
Mise à jour : selon la presse chinoise de vendredi dernier, Google pourrait annoncer aujourd'hui tous les détails de son départ. La date du 10 avril a été citée. La source de cette information est un employé anonyme de Google.

Officiellement, le géant du Web n'a toujours rien confirmé. Il ne s'agit donc que d'une rumeur pour le moment.



Article du 15 mars 2010.

Titre : Google fermera-t-il son moteur de recherche en Chine ?

Le moteur de recherche de Google va-t-il oui ou non quitter la Chine ? Le suspense est à son comble. En effet, selon des informations du Financial Times publiées samedi dernier, les pourparlers entre le géant du Web et les autorités chinoises sont sans issue. Google est donc sûr « à 99,9 % » de plier bagage.

Google sur le départ... oui ? non ? peut-être ? ou pas ?

Google chineEt pour « prouver » ses allégations, le Financial Times précise que Google a déjà réalisé un plan de départ, notamment pour protéger ses employés de potentielles représailles. La décision finale devrait être annoncée sous peu. Des quotidiens chinois ont de plus confirmé l’impasse de ces discussions…

Histoire close ? Peut-être pas. Alors que le gouvernement chinois et le patron de Google lui-même ont récemment assuré être en discussion avancée pour résoudre ce conflit, voilà que Google s’est à nouveau exprimé sur ce sujet ce matin.

Pas de commentaire sur les pourparlers

Un porte-parole de Google, certainement pour démentir les affirmations du Financial Times, a ainsi précisé à Reuters de façon anonyme que les pourparlers étaient toujours en cours, tout en rappelant que Google restera inflexible vis-à-vis de l’arrêt de la censure.

Ce porte-parole anonyme a ajouté qu’aucun détail sur la finalité des discussions ne serait divulgué pour le moment : « Nous sommes en discussions actives avec le gouvernement chinois, mais nous n'allons pas commenter en direct ces pourparlers. »

La Chine en position de force ?

Minoritaire en Chine avec 30 % du marché, contre plus de 60 % pour Baidu, le moteur de recherche de Google n’est pas jugé indispensable dans cette contrée. Et quand on sait que Microsoft compte bien s’y développer, à l’instar de l’intégration de Bing dans les téléphones Motorola sous Android vendus en Chine, en acceptant bien sûr la censure locale du Great Firewall, Google ne fait pas peur à la Chine. Même si selon Bill Gates, cette censure est limitée, et aisément contournable