UK : Virgin Media teste le filtrage DPI pour jauger le trafic illicite

Selon Times On line, le FAI Virgin Media est en train de tester outre-manche une technologie de détection à base de DPI (pour deep packet inspection). La solution est fournie par une firme nommée Detica. Celle-ci avance être capable de détecter si un internaute échange des photos de familles ou le dernier album d’une artiste en vogue.

detica dpi filtrage blocage hadopi virgin media

Selon ces deux acteurs, la technologie en question est uniquement destinée à mesurer le niveau de téléchargement illicite, non à espionner les habitudes des internautes. Mais à la question de savoir si cette technologie permet d’identifier ces internautes, un porte-parole de Virgin répond : « cela se pourrait, mais la technologie n'a pas été conçue à cette fin. Les informations IP sont supprimées. Ce système nous permet de comprendre la nature exacte du trafic illicite sur notre réseau. »

Du côté des officiels, même discours qui laisse peu de doute sur le risque de dégénérescence de la démarche : un porte parole de Lord Mandelson, secrétaire d’Etat qui défend la riposte graduée, explique que « si les lettres d’avertissements épaulées par une action judiciaire ne s'avèrent pas aussi efficaces que nous l’espérons, alors il sera utile de réfléchir sur une obligation supplémentaire d'introduire des mesures techniques appropriées ». Toutefois, le Times on line souligne le risque évident de violation de la loi anglaise, celle sur les interceptions de données personnelles. Pour d’autres acteurs d’importance, comme Sir Tim Berners-Lee, faire du DPI revient, pour la poste, à ouvrir le courrier de ses clients.

Le filtrage par DPI consiste à canaliser le trafic au niveau d’un point du réseau pour y inspecter le contenu : soit au niveau de l’URL ou plus en profondeur (signature de l’application, numéro de port, mots clés…). Le DPI est calibré pour des fonctions de monitoring, une surveillance passive que bon nombre d’ayants droit veulent rendre active (voir notre actualité sur le sujet). Le DPI est également d’actualité en France et pourrait être l’une des technologies testées par la HADOPI, à la demande de Nicolas Sarkozy : le chef de l’Etat le disait dans son discours des vœux à la Culture, « indépendamment des avertissements, la Haute autorité devra concevoir en permanence les solutions les plus modernes pour protéger les œuvres. Mieux on pourra dépolluer automatiquement les réseaux et les serveurs de toutes les sources de piratage, moins il sera nécessaire de recourir à des mesures pesant sur les internautes. Il faut donc expérimenter sans délai les dispositifs de filtrage. »

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !