La HADOPI cherche son secrétaire général

Surhomme ou surfemme demandé(e) 211
Marc Rees
La Hadopi vient de déposer une offre d’emploi : elle cherche son « secrétarire général » (sic), comme en témoigne cette page publiée le 13 janvier sur le très officiel site de la Bourse interministérielle de l’emploi public (BIEP).

hadopi offre emploi secretarire général secrétaire

L’heureux élu sera « chargé du fonctionnement et de la coordination des services sous l'autorité du Président », Marie-Françoise Marais. Il exercera « les attributions les plus larges dans la mise en œuvre des orientations et la préparation des décisions de la Haute Autorité ». Mais attention, le travail qu’attend le secrétaire général ne fera pas rire du tout si on met bout à bout les tâches qui pèseront sur ses épaules :
  • Il est responsable de la tenue des objectifs,
  • Il élabore en les propositions relatives à l’organisation, au recrutement, aux outils techniques et à la dotation budgétaire des services.
  • Il assure la bonne exécution des décisions prises par la Haute Autorité en ces domaines,
  • Il veille à une gestion efficace des moyens alloués
  • Il veille au respect des règles régissant la comptabilité de l’ordonnateur.
  • Il propose la mise en place des concertations avec les différents acteurs et parties prenantes (représentants du monde de la création et des industries culturelles, associations de consommateurs, prestataires techniques de l’Internet et fournisseurs d’accès ou de services, éditeurs de logiciels, industriels de l’électronique grand public),
  • Il prend tous contacts à cet effet.
  • Il noue les relations propres à assurer en tant que de besoin la disponibilité d’experts.
  • Il s’efforce de susciter l’intérêt de communautés de chercheurs pour les thèmes susceptibles d’éclairer l’action future de la Haute Autorité.
  • Il établit en France, et à l’étranger, avec les organismes investis de missions pour partie analogues, tout lien ou échange de connaissances et d’expériences utiles à la Haute Autorité. Il représente, le cas échéant, le Président dans des manifestations ou enceintes au niveau européen et international.
  • Il prépare un contenu pour le rapport annuel de la Haute Autorité rendant compte pour l’ensemble des missions dont elle est investie, des actions menées et des évolutions intervenues, et proposant les mesures dont la mise en œuvre lui apparaît souhaitable.
Rien de moins.

Pour les compétences requises, le candidat aura sur son CV « l’exercice de responsabilités de direction dans la haute fonction publique ou le secteur public ou privé. Expérience de haut niveau en relation avec l'activité des industries culturelles et le développement des technologies numériques. Des compétences juridiques et techniques dans les domaines concernés seraient appréciées. Aptitude confirmée à l’animation d’équipes pluridisciplinaires et à la gestion de ressources humaines Pratique de la réflexion prospective ». Quant aux qualités attendues, le candidat devra avoir des capacités de synthèse, et de négociation à haut niveau. Une « aisance relationnelle, des qualités rédactionnelles et d’expression en public. Pratique approfondie des outils de la société de l'information ».

La durée du mandat n'est pas à ce jour déterminée. Les candidatures devront être adressées, avant le 1er février 2010. Les contractuels sont acceptés.

On notera que la semaine dernière, le ministère de la Culture s'est totalement réorganisé. On peut s'attendre ainsi à retrouver un ancien de la Rue de Valois à ce poste à la Hadopi.