Les révélations au sujet du Tablet Mac : des fuites organisées ?

apple store louvreAu mois de juin l'année dernière, nous avions parlé d’un sujet apte à faire réfléchir : la manière dont Apple gère sa communication. La société, basée à Cupertino, est prête à aller loin pour orchestrer magistralement la communication qui est faite autour de ses produits. Cela inclut la diffusion de rumeurs avérées mais incomplètes, ou encore le glissement de bruits de couloirs complètement faux.

John Martellaro, rédacteur sur le site Mac Observer, était dans le passé responsable marketing chez Apple. Il a fait quelques révélations qui surprendront les uns et renforceront les autres dans leur idée que tout fait partie d’un plan. Il est question des « fuites contrôlées » : des informations que l’on laisse volontairement s’échapper pour diverses raisons.

Il indique ainsi avoir eu des conversations du type : « Nous avons besoin de diffuser cette information spécifique. John, avez-vous un ami de confiance avec un débouché [médiatique] majeur ? Si oui, appelez-le ou la, et ayez une conversation. Mentionnez l’air de rien cette information et suggérez que si elle venait à être publiée, ce serait bien. Pas d’emails ! »

Il indique en effet que les conversations devaient être réalisées de personne à personne de manière à ce qu’il n’y ait aucune trace écrite. Pourquoi ? Parce qu’en cas d’affrontement sur la fuite d’informations, aucun écrit ne viendrait conforter l’une ou l’autre des versions, permettant ainsi de maintenir un flou artistique. Chacune des parties pouvait camper sur ses positions poliment tout en indiquant que l’un ou l’autre avait probablement fait une erreur.

Ce n’est pas spécialement un hasard s’il donne ce genre d’informations maintenant. Lundi, lorsque le Wall Street Journal a publié des informations qui confirmaient l’arrivée du Tablet Mac (iSlate ?), tout avait selon l’ancien responsable les marques d’une fuite contrôlée. Personne ne s’engage, chacun peut parler d’un problème de compréhension, et la firme finit par faire dire ce qu’elle souhaitait à un journal à très large audience.

Dans le cas de la tablette d’ailleurs, il fournit plusieurs raisons qui auraient pu motiver la fuite contrôlée :
  • Faire peur à un partenaire récalcitrant
  • Lancer l’idée d’un prix aux alentours des 1000 dollars et jauger la réaction du public
  • Perturber la concurrence
  • Exciter les analystes et observateurs pour que la salle soit remplie lors de l’évènement du 26. Il s’agit d’un remplissage aussi bien quantitatif que qualitatif : une fois toutes les « bonnes » personnes informées, il y a presque compétition pour obtenir une chaise.
Il n’en reste pas moins que les informations qui ont transpiré sont sans doute toutes exactes. Mais incomplètes.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !